Elle va aussi chercher "à fermer les échappatoires" pour ceux qui contournent les précédents trains de sanctions des Européens contre la Russie, a précisé le commissaire.

"Dès que nous parviendrons à un accord au niveau des Etats membres, nous publierons" ces sanctions, ce qui permettra leur mise en oeuvre, a-t-il précisé.

L'arrêt des achats d'or à la Russie fait partie des mesures que la Commission va soumettre aux Etats membres vendredi, a confirmé un haut fonctionnaire de l'UE.

"Ce n'est pas une mesure symbolique car la Russie est un gros exportateur d'or. Cela permettra de couper un autre robinet de financement de la guerre de Poutine en Ukraine", a-t-il précisé.

Le plus gros acheteur d'or russe est le Royaume Uni, avec 290 tonnes en 2020 pour un montant de 16,9 milliards de dollars, selon les indications des douanes russes. Le Royaume Uni a quitté l'UE mais est membre du G7.

"Ces nouvelles mesures ne sont pas un 7e train de sanctions, mais un complément" des 6 précédents trains adoptés par l'UE, a précisé le haut fonctionnaire. "Il s'agit de combler les failles", a souligné un diplomate européen.

Elles seront discutées lundi par les ministres des Affaires étrangères de l'UE, mais aucune décision n'est attendue lors de cette réunion, car la proposition doit encore être étudiée par les Etats membres, a-t-il indiqué.

Les ministres doivent en revanche donner un "accord politique" au déblocage d'une 5e tranche de 500 millions d'euros de la Facilité Européenne pour la Paix pour financer les achats d'armements fournis à l'Ukraine, a-t-il annoncé. L'unanimité est requise pour le décaissement des fonds et plusieurs parlements nationaux doivent encore l'approuver, a-t-il expliqué. L'UE aura ainsi débloqué depuis le début du conflit 2,5 milliards d'euros sur les 5,7 milliards de la dotation de cette facilité.

Les Etats-Unis ont déjà mis en oeuvre fin juin l'embargo sur l'or nouvellement extrait en Russie, peu après le sommet des pays du G7 en Allemagne qui s'étaient mis d'accord sur cette nouvelle mesure, afin de tarir le financement de l'effort de guerre russe.

L'or est "une source d'exportation majeure, ce qui privera la Russie de milliards de dollars", avait déclaré le président américain Joe Biden lors de ce sommet.

Les six trains de sanctions déjà adoptés par les Européens depuis le début de l'offensive russe fin février visent les secteurs économiques, notamment avec des embargos sur le charbon et l'essentiel du pétrole, ainsi que plus d'un millier de responsables et d'oligarques russes, frappés d'un gel des avoirs dans l'UE.

Elle va aussi chercher "à fermer les échappatoires" pour ceux qui contournent les précédents trains de sanctions des Européens contre la Russie, a précisé le commissaire. "Dès que nous parviendrons à un accord au niveau des Etats membres, nous publierons" ces sanctions, ce qui permettra leur mise en oeuvre, a-t-il précisé.L'arrêt des achats d'or à la Russie fait partie des mesures que la Commission va soumettre aux Etats membres vendredi, a confirmé un haut fonctionnaire de l'UE."Ce n'est pas une mesure symbolique car la Russie est un gros exportateur d'or. Cela permettra de couper un autre robinet de financement de la guerre de Poutine en Ukraine", a-t-il précisé.Le plus gros acheteur d'or russe est le Royaume Uni, avec 290 tonnes en 2020 pour un montant de 16,9 milliards de dollars, selon les indications des douanes russes. Le Royaume Uni a quitté l'UE mais est membre du G7."Ces nouvelles mesures ne sont pas un 7e train de sanctions, mais un complément" des 6 précédents trains adoptés par l'UE, a précisé le haut fonctionnaire. "Il s'agit de combler les failles", a souligné un diplomate européen.Elles seront discutées lundi par les ministres des Affaires étrangères de l'UE, mais aucune décision n'est attendue lors de cette réunion, car la proposition doit encore être étudiée par les Etats membres, a-t-il indiqué. Les ministres doivent en revanche donner un "accord politique" au déblocage d'une 5e tranche de 500 millions d'euros de la Facilité Européenne pour la Paix pour financer les achats d'armements fournis à l'Ukraine, a-t-il annoncé. L'unanimité est requise pour le décaissement des fonds et plusieurs parlements nationaux doivent encore l'approuver, a-t-il expliqué. L'UE aura ainsi débloqué depuis le début du conflit 2,5 milliards d'euros sur les 5,7 milliards de la dotation de cette facilité.Les Etats-Unis ont déjà mis en oeuvre fin juin l'embargo sur l'or nouvellement extrait en Russie, peu après le sommet des pays du G7 en Allemagne qui s'étaient mis d'accord sur cette nouvelle mesure, afin de tarir le financement de l'effort de guerre russe.L'or est "une source d'exportation majeure, ce qui privera la Russie de milliards de dollars", avait déclaré le président américain Joe Biden lors de ce sommet.Les six trains de sanctions déjà adoptés par les Européens depuis le début de l'offensive russe fin février visent les secteurs économiques, notamment avec des embargos sur le charbon et l'essentiel du pétrole, ainsi que plus d'un millier de responsables et d'oligarques russes, frappés d'un gel des avoirs dans l'UE.