Ces prix résultent des fluctuations des cotations des produits pétroliers et/ou des bio-composants inhérents à leur composition sur les marchés internationaux.

Les prix des carburants étaient partis à la baisse fin mars en raison de la pandémie de coronavirus et d'une guerre des prix entre la Russie et l'Arabie saoudite. A cette époque, le litre d'essence 95 coûtait au maximum 1,142 euro à la pompe chez nous. Le prix maximum a augmenté de 21,7% depuis, mais reste inférieur à son niveau d'avant la crise sanitaire.

Ces prix résultent des fluctuations des cotations des produits pétroliers et/ou des bio-composants inhérents à leur composition sur les marchés internationaux. Les prix des carburants étaient partis à la baisse fin mars en raison de la pandémie de coronavirus et d'une guerre des prix entre la Russie et l'Arabie saoudite. A cette époque, le litre d'essence 95 coûtait au maximum 1,142 euro à la pompe chez nous. Le prix maximum a augmenté de 21,7% depuis, mais reste inférieur à son niveau d'avant la crise sanitaire.