Depuis la chute de l'exécutif Michel fin décembre, l'échelon fédéral vit au rythme des douzièmes provisoires, un mécanisme qui reporte en douze tranches le budget 2018 sur l'année 2019 et évite à l'Etat un "shutdown".

La plénière de la Chambre doit se pencher ce jeudi sur la loi qui contient ces crédits provisoires pour les mois de novembre et de décembre. Ce vote a été reporté d'une semaine après l'adoption d'un amendement du PTB prévoyant la création d'un "Fonds Blouses blanches" de 67 millions d'euros afin, entre autres, d'engager du personnel infirmier supplémentaire.

D'après Mme Fonck, le PTB ne sait "pas compter" car son amendement ne prévoit pas assez de moyens pour engager 20.000 infirmières.

De surcroît, la formation d'extrême gauche "ignore qu'il faut une base légale pour dépenser le budget prévu", souligne l'humaniste. "Par conséquent, sans une intervention du gouvernement, qui paraît peu probable, l'argent ne sera pas dépensé", précise-t-elle.

A ses yeux, le texte du PTB ne serait donc qu'un "mirage", qui témoigne dans le chef du parti d'extrême gauche "soit d'une incompétence crasse, soit d'une grave malhonnêteté envers les soignants".

Le cdH plaide lui pour le vote de "textes crédibles qui font avancer l'intérêt général". Le parti souligne encore l'importance de refinancer le secteur de la santé et demande d'ailleurs la réactivation du 'plan attractivité' des infirmiers.

Bien qu'il comporte l'amendement du PTB, le cdH soutiendra le projet de loi amendé libérant des crédits provisoires pour les mois de novembre et décembre.