"Nous devons envisager de dures sanctions, mais à court terme les livraisons de gaz russes ne sont pas substituables" et les interrompre "nous nuirait plus qu'à la Russie", a déclaré M. Lindner à Luxembourg, avant une réunion avec ses homologues de l'UE.

"Nous devons envisager de dures sanctions, mais à court terme les livraisons de gaz russes ne sont pas substituables" et les interrompre "nous nuirait plus qu'à la Russie", a déclaré M. Lindner à Luxembourg, avant une réunion avec ses homologues de l'UE.