Autre motif d'inquiétude, le taux d'inflation, également annoncé jeudi par le statisticien, a ralenti en octobre à 0,7%, bien en-deçà de l'objectif de la Banque centrale européenne (BCE), qui vise un niveau légèrement inférieur à 2%.

Ce chiffre est conforme aux attentes des analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset, mais il s'agit cependant du taux d'inflation le plus bas depuis novembre 2016 (0,6%).

L'estimation de la croissance au troisième trimestre est elle supérieure au consensus de Factset, qui anticipait une hausse de 0,1%.

Mais sa faiblesse, +0,2% pour le deuxième trimestre consécutif, s'inscrit dans un contexte inquiétant de ralentissement de la conjoncture internationale.

Les conflits commerciaux, ainsi que l'incertitude liée au Brexit, se répercutent depuis plusieurs mois sur l'activité, en particulier chez les puissances exportatrices comme l'Allemagne, dont l'industrie manufacturière entre dans une phase de récession.

Dans le même temps, le taux de chômage, autre estimation annoncée jeudi par Eurostat, est resté stable à 7,5% en septembre, comme en août (chiffre révisé).

Il s'agit du taux le plus bas depuis 11 ans.