Le secrétaire aux Finances Paul Chan a estimé que le PIB de l'ex-colonie britannique devrait en 2019 se contracter de 1,3%, ce qui se ressentira sur le budget de Hong Kong, en temps normal nettement excédentaire.

M. Chan a attribué ce déficit pour l'exercice 2019-2020 à une chute des rentrées fiscales, au ralentissement des ventes immobilières et aux aides que le gouvernement a annoncées pour tenter de calmer la grogne de la population.

"A la fin de l'année financière, le gouvernement de la RAS sera dans le rouge", a déclaré M. Chan en citant les initiales de la Région administrative spéciale de Hong Kong.

"L'économie de Hong Kong traverse en ce moment des moments très difficiles", a-t-il annoncé en appelant les manifestants à ne plus se livrer à des actes de violence.

La ville vit depuis près de six mois sa plus grave crise depuis sa rétrocession à la Chine en 1997, avec des manifestations et actions quasi quotidiennes pour demander des réformes démocratiques notamment.

Le budget de Hong Kong n'avait plus été déficitaire depuis 2003, année de l'épidémie de SRAS (Syndrome respiratoire aigu sévère) qui avait fait 300 morts.

Le territoire est habitué aux excédents qui lui ont permis de se constituer de très confortables réserves.