Comme lors des rondes de tractations précédentes, le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, et le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, mèneront les discussions avec une délégation chinoise dirigée par le vice-Premier ministre, Liu He, a-t-elle précisé.

Alors que selon les médias les autorités chinoises ont considérablement réduit le champ des questions qu'elles sont disposées à aborder cette semaine, la Maison Blanche affirme que tous les sujets seront sur la table, y compris celui des subventions massives des entreprises d'Etat chinoises que Pékin ne souhaiterait plus discuter.

"Les sujets de discussion comprendront le transfert forcé de technologie, les droits de propriété intellectuelle, les services, les barrières non tarifaires, l'agriculture et l'application des lois", détaillent ainsi les services de la Maison Blanche.

"Les deux parties chercheront à développer les discussions qui se sont tenues au niveau des sous-ministres au cours des dernières semaines", expliquent-ils également.

Le principe d'une rencontre avait été annoncé il y a plusieurs semaines mais jusqu'à présent, aucune date n'avait été officiellement actée.

Vendredi, Donald Trump a une nouvelle fois donné le ton: il veut "un bon accord" ou pas d'accord du tout.

Et, selon lui, les Etats-Unis sont en position de force. "La Chine veut vraiment un accord" car les tarifs douaniers imposés par Washington sont en train de tuer son économie, a-t-il répété.

Le président républicain, en campagne pour sa réélection, avait déclaré le 21 septembre qu'il n'avait pas besoin d'aboutir à un accord commercial avec la Chine avant l'élection de 2020, insistant sur la bonne santé de l'économie américaine.

Pour l'heure, l'issue des tractations reste pourtant incertaine et l'économie américaine commence à pâtir des incertitudes créées par ce conflit qui dure depuis plus d'un an et demi

L'hôte de la Maison Blanche brandit toujours la menace de nouveaux tarifs douaniers sur les importations en provenance de Chine.

Les négociations vont d'ailleurs se tenir avant l'échéance du 15 octobre: à cette date, une nouvelle hausse de droits de douane portant sur 250 milliards de dollars de biens chinois pourrait entrer en vigueur.

Donald Trump avait consenti à la reporter du 1er au 15 octobre à la demande de Pékin.

Le président, qui avait affirmé début 2018 que les guerres commerciales étaient "bonnes et faciles à gagner", avait lancé l'offensive pour mettre fin à des pratiques commerciales jugées "déloyales", en particulier le transfert forcé de technologies américaines, les subventions massives aux entreprises d'Etat chinoises ou encore le vol de la propriété intellectuelle.