En pratique, le gouvernement chinois va fliquer sa population, via les smartphones, les médias sociaux, les plateformes de e-commerce, bref, via toutes les informations numériques qu'il peut collecter sur les 700 millions de Chinois qui ont un accès à Internet.

Par ailleurs, les médecins, les enseignants, les gouvernements locaux et les entreprises seront également notés par les citoyens pour leur professionnalisme et surtout leur honnêteté.

En résumé, l'idée est de collecter un maximum d'informations chiffrées pour les réunir en un seul endroit et d'affecter ensuite à chaque personne ou chaque entreprise une note basée sur son crédit social, politique, commerciale et légal. L'idée des Chinois, c'est de récompenser les bons comportements et de pénaliser les mauvais.

Vous avez compris, ceux qui n'ont pas un bon comportement fiscal, légal, social ou juridique seront sanctionnés et certains services leurs seront fermés. Les mesures de restriction sont larges, elles vont de l'interdiction d'avoir un crédit bancaire, de participer à un marché public, de devenir actionnaire en passant par l'interdiction de voler en première classe, de partir à l'étranger ou d'inscrire ses enfants dans les meilleures écoles de Chine.

Les Chinois sont entrés dans une nouvelle forme de dictature qui ne dit pas son nom, c'est George Orwel version 2084 !

En d'autres termes, votre score déterminera votre place dans la société chinoise. En réalité, les Chinois avec ce système destiné à lutter contre la corruption endémique sont entrés dans une nouvelle forme de dictature qui ne dit pas son nom, c'est George Orwel version 2084 !

Il ne faut pas en rire ni même en sourire, car si en Chine, c'est le gouvernement qui impose cette notation, en Occident, nous nous mettons la corde au cou tous seuls. Quand nous acceptons de mettre un mouchard dans notre voiture qui épie notre comportement au volant, que fait-on d'autre ? La personne qui le fait accepte d'être surveillée pour disposer d'une prime d'assurance plus faible.

Comme tout le monde va faire la même chose, à l'avenir, les assureurs ne prendront plus que les bons conducteurs et les autres devront payer une surprime ou être éjectés du marché de l'assurance.

En clair, en acceptant d'être noté, la personne en question fait exploser la notion même d'assurance qui est celle du partage du risque. Oui, on croyait que les notes, c'était juste bon pour l'école ou l'université, c'est une erreur ! Que ce soit quand vous prenez un taxi Uber ou quand vous réservez un hôtel sur Booking.com ou un appartement en passant par Airbnb, les notes sont partout. Vous évaluez un chauffeur et lui-même vous notera. Vous notez non seulement la chambre mais aussi sa literie, la cuisine de l'hôtel et même son accueil. Donc, sans le savoir, tout, absolument tout est aujourd'hui quantifié, mesuré. Nous sommes une évaluation sur patte et nous ne le savons même pas.