"Que ce soit très clair, si je suis élue, je n'aurais qu'une chose en tête quand il s'agira d'apporter le soutien à un membre de la zone euro: assurer une total cohérence avec la mission du Fonds et avoir une gestion avisée des ressources du Fonds", a déclaré Mme Lagarde dans ses remarques devant le conseil d'administration jeudi, publiées par l'institution.

"Je ne suis ici pour représenter les intérêts d'aucune région du monde en particulier, mais bien l'ensemble des Etats membres", a-t-elle souligné.

La ministre française de l'Economie a explicitement rejeté l'éventualité d'un "conflit d'intérêt" entre sa nationalité française et l'aide du FMI à trois membres de la zone euro (Grèce, Irlande et Portugal). Cette possibilité avait été soulevée dix jours auparavant par son rival, le Mexicain Agustin Carstens.

"Argumenter qu'il y a un conflit d'intérêt dans le fait d'être ressortissant d'une région du monde où certains des Etats membres bénéficient du soutien et de l'assistance du FMI non seulement rétrécit considérablement le champ des candidatures recevables, mais semble également impossible à appliquer en pratique", a considéré Mme Lagarde.

Trends.be avec Belga

"Que ce soit très clair, si je suis élue, je n'aurais qu'une chose en tête quand il s'agira d'apporter le soutien à un membre de la zone euro: assurer une total cohérence avec la mission du Fonds et avoir une gestion avisée des ressources du Fonds", a déclaré Mme Lagarde dans ses remarques devant le conseil d'administration jeudi, publiées par l'institution. "Je ne suis ici pour représenter les intérêts d'aucune région du monde en particulier, mais bien l'ensemble des Etats membres", a-t-elle souligné. La ministre française de l'Economie a explicitement rejeté l'éventualité d'un "conflit d'intérêt" entre sa nationalité française et l'aide du FMI à trois membres de la zone euro (Grèce, Irlande et Portugal). Cette possibilité avait été soulevée dix jours auparavant par son rival, le Mexicain Agustin Carstens. "Argumenter qu'il y a un conflit d'intérêt dans le fait d'être ressortissant d'une région du monde où certains des Etats membres bénéficient du soutien et de l'assistance du FMI non seulement rétrécit considérablement le champ des candidatures recevables, mais semble également impossible à appliquer en pratique", a considéré Mme Lagarde. Trends.be avec Belga