"Vu le chômage élevé dans ces deux régions, on pourrait s'attendre à plus de mobilité sur le marché du travail et à plus de Wallons et Bruxellois travaillant en Flandre. Le problème se remarque principalement chez les Bruxellois", explique Damiaan Persyn de Vives.

Pour les économistes de Vives, le potentiel de Bruxellois qui pourraient travailler en Flandre et en Wallonie est plus important que prévu. "Nous ne voulons pas pointer du doigt les Bruxellois mais ils ratent des opportunités", a ajouté M. Persyn. "Il y des dizaines de milliers d'emplois pour les Bruxellois en Flandre".

Trends.be avec Belga

"Vu le chômage élevé dans ces deux régions, on pourrait s'attendre à plus de mobilité sur le marché du travail et à plus de Wallons et Bruxellois travaillant en Flandre. Le problème se remarque principalement chez les Bruxellois", explique Damiaan Persyn de Vives. Pour les économistes de Vives, le potentiel de Bruxellois qui pourraient travailler en Flandre et en Wallonie est plus important que prévu. "Nous ne voulons pas pointer du doigt les Bruxellois mais ils ratent des opportunités", a ajouté M. Persyn. "Il y des dizaines de milliers d'emplois pour les Bruxellois en Flandre". Trends.be avec Belga