L'Australie, qui dispose de six sous-marins Collins à propulsion diesel-électrique de conception suédoise entrés en service au milieu des années 1990, devait renouveler ses moyens avec 12 sous-marins conventionnels de conception française. En rompant ce contrat, le pays a choisi d'accroître encore ses capacités: la propulsion nucléaire permet une discrétion et une autonomie accrues du sous-marin. "C'est un changement de besoin", a résumé le Premier ministre australien Scott Morrison.

Comme d'autres, l'Australie s'inquiète d'une marine chinoise de plus en plus pléthorique. Fin 2020, Pékin disposait d'un total de 360 navires de combat de surface et de sous-marins, comparés à 297 bâtiments pour toute la flotte mondiale des Etats-Unis, selon l'Office du renseignement naval américain (ONI). Et la Chine devrait disposer de 400 bâtiments en 2025 et 425 en 2030, selon l'ONI.

Pékin dispose notamment de six sous-marins nucléaires lanceurs d'engins porteurs de missiles nucléaires (SNLE), et d'une quarantaine de sous-marins d'attaque, dont six nucléaires, selon le Military Balance. Washington de son côté peut compter sur 21 sous-marins d'attaque et huit SNLE basés dans le Pacifique, essentiellement à Pearl Harbor, selon l'US Navy.

Si les Etats-Unis basent dans la région 5 de leurs 11 porte-avions, la Chine a entamé la construction de son troisième porte-avions et construit toujours plus de destroyers.

Entre 2015 et 2019, les chantiers navals chinois ont construit 132 bâtiments, contre 68 pour les Etats-Unis, 48 pour l'Inde, 29 pour le Japon, 17 pour la France, 9 pour l'Australie et 4 (dont deux porte-avions) pour le Royaume-Uni, selon une étude de la publication spécialisée Janes réalisée l'an passé.

En quatre ans, la Chine a mis à l'eau l'équivalent de la flotte française, selon l'amiral Pierre Vandier, chef d'état-major de la Marine française, relevant "l'effort naval chinois historique" qui représente "plus de 55% dans le budget défense de la Chine".

Cette frénésie chinoise a des conséquences dans toute la région, conduisant de nombreux pays à déployer une stratégie visant à interdire à la puissance chinoise de se déployer à proximité de leurs côtes. Cela passe notamment par l'acquisition de sous-marins.

Le Vietnam dispose ainsi de six sous-marins de conception russe, la Malaisie de deux submersibles, tandis que l'Indonésie a commandé six sous-marins à la Corée du Sud et que les Philippines caressent l'idée de bâtir une flotte sous-marine. Pékin conteste la souveraineté de tous ces pays sur une partie de la mer de Chine méridionale.

Ailleurs dans le Pacifique, le Japon dispose de 23 sous-marins, la Corée du Sud de 18, Singapour de 2 et la Russie d'une douzaine.

Signe des tensions dans la région et de son intérêt, la France a pour sa part achevé début 2021 le déploiement dans le Pacifique de l'un de ses sous-marins nucléaires d'attaque, l'Emeraude, une première depuis 2001.

L'Australie, qui dispose de six sous-marins Collins à propulsion diesel-électrique de conception suédoise entrés en service au milieu des années 1990, devait renouveler ses moyens avec 12 sous-marins conventionnels de conception française. En rompant ce contrat, le pays a choisi d'accroître encore ses capacités: la propulsion nucléaire permet une discrétion et une autonomie accrues du sous-marin. "C'est un changement de besoin", a résumé le Premier ministre australien Scott Morrison.Comme d'autres, l'Australie s'inquiète d'une marine chinoise de plus en plus pléthorique. Fin 2020, Pékin disposait d'un total de 360 navires de combat de surface et de sous-marins, comparés à 297 bâtiments pour toute la flotte mondiale des Etats-Unis, selon l'Office du renseignement naval américain (ONI). Et la Chine devrait disposer de 400 bâtiments en 2025 et 425 en 2030, selon l'ONI.Pékin dispose notamment de six sous-marins nucléaires lanceurs d'engins porteurs de missiles nucléaires (SNLE), et d'une quarantaine de sous-marins d'attaque, dont six nucléaires, selon le Military Balance. Washington de son côté peut compter sur 21 sous-marins d'attaque et huit SNLE basés dans le Pacifique, essentiellement à Pearl Harbor, selon l'US Navy.Si les Etats-Unis basent dans la région 5 de leurs 11 porte-avions, la Chine a entamé la construction de son troisième porte-avions et construit toujours plus de destroyers.Entre 2015 et 2019, les chantiers navals chinois ont construit 132 bâtiments, contre 68 pour les Etats-Unis, 48 pour l'Inde, 29 pour le Japon, 17 pour la France, 9 pour l'Australie et 4 (dont deux porte-avions) pour le Royaume-Uni, selon une étude de la publication spécialisée Janes réalisée l'an passé.En quatre ans, la Chine a mis à l'eau l'équivalent de la flotte française, selon l'amiral Pierre Vandier, chef d'état-major de la Marine française, relevant "l'effort naval chinois historique" qui représente "plus de 55% dans le budget défense de la Chine".Cette frénésie chinoise a des conséquences dans toute la région, conduisant de nombreux pays à déployer une stratégie visant à interdire à la puissance chinoise de se déployer à proximité de leurs côtes. Cela passe notamment par l'acquisition de sous-marins.Le Vietnam dispose ainsi de six sous-marins de conception russe, la Malaisie de deux submersibles, tandis que l'Indonésie a commandé six sous-marins à la Corée du Sud et que les Philippines caressent l'idée de bâtir une flotte sous-marine. Pékin conteste la souveraineté de tous ces pays sur une partie de la mer de Chine méridionale.Ailleurs dans le Pacifique, le Japon dispose de 23 sous-marins, la Corée du Sud de 18, Singapour de 2 et la Russie d'une douzaine.Signe des tensions dans la région et de son intérêt, la France a pour sa part achevé début 2021 le déploiement dans le Pacifique de l'un de ses sous-marins nucléaires d'attaque, l'Emeraude, une première depuis 2001.