Le Fonds monétaire international, qui doit publier le 25 janvier ses dernières prévisions actualisées, estime pour le moment que la reprise mondiale devrait se poursuivre cette année et l'année prochaine.

Mais "les risques pour la croissance restent élevés en raison de la résurgence obstinée de la pandémie", notent Stephan Danninger, Kenneth Kang, Hélène Poirson, économistes du FMI dans un billet de blog publié lundi.

Depuis mi-décembre, le variant Omicron se propage rapidement dans le monde, avec un nombre record de contaminations enregistrées pour cette quatrième vague de la pandémie.

Bien qu'Omicron soit moins mortel que le Covid-19 et les précédents variants, il s'accompagne de restrictions compromettant la croissance.

"Étant donné le risque que cela puisse coïncider avec un resserrement plus rapide des taux de la Fed, les économies émergentes devraient se préparer à épisodes de turbulences économiques", écrivent les responsables du FMI d'autant que ces pays sont déjà confrontés à "une inflation élevée" et "une dette publique considérablement plus élevée".

"Les inquiétudes concernant l'inflation intérieure (...) ont conduit plusieurs marchés émergents l'année dernière, dont le Brésil, la Russie et l'Afrique du Sud, a commencé à augmenter taux d'intérêt"

La Réserve fédérale américaine (Fed) a signalé sa volonté de relever ses taux directeurs plus rapidement et de façon plus agressive que prévu pour contenir l'inflation galopante aux États-Unis qui pèse sur les ménages et la consommation moteur de la croissance américaine.

Un relèvement des taux directeurs signifie que les coûts de refinancement de la dette d'un certain nombre de pays émergents libellée en dollars vont augmenter. Or, ces pays sont aussi à la traîne dans la reprise économique et sont donc moins à même d'absorber ces coûts supplémentaires.

"Alors que les coûts d'emprunt en dollars restent faibles pour beaucoup, les inquiétudes concernant l'inflation intérieure (...) ont conduit plusieurs marchés émergents l'année dernière, dont le Brésil, la Russie et l'Afrique du Sud, a commencé à augmenter taux d'intérêt", notent en outre le FMI.

In fine, des hausses plus rapides des taux de la Fed pourraient "secouer les marchés financiers et resserrer les conditions financières à l'échelle mondiale", ajoutent les auteurs du blog.

Le risque est un ralentissement de la demande et du commerce aux États-Unis ainsi que la sortie de capitaux et la dépréciation de la monnaie dans les marchés émergents.

Le FMI préconise aux marchés émergents de prendre des mesures "dès maintenant (...) pour réduire les vulnérabilités".

L'institution de Washington recommande enfin "une communication claire et cohérente" des plans de politiques monétaires pour "améliorer la compréhension de la nécessité de rechercher la stabilité des prix".

Le Fonds monétaire international, qui doit publier le 25 janvier ses dernières prévisions actualisées, estime pour le moment que la reprise mondiale devrait se poursuivre cette année et l'année prochaine.Mais "les risques pour la croissance restent élevés en raison de la résurgence obstinée de la pandémie", notent Stephan Danninger, Kenneth Kang, Hélène Poirson, économistes du FMI dans un billet de blog publié lundi.Depuis mi-décembre, le variant Omicron se propage rapidement dans le monde, avec un nombre record de contaminations enregistrées pour cette quatrième vague de la pandémie.Bien qu'Omicron soit moins mortel que le Covid-19 et les précédents variants, il s'accompagne de restrictions compromettant la croissance. "Étant donné le risque que cela puisse coïncider avec un resserrement plus rapide des taux de la Fed, les économies émergentes devraient se préparer à épisodes de turbulences économiques", écrivent les responsables du FMI d'autant que ces pays sont déjà confrontés à "une inflation élevée" et "une dette publique considérablement plus élevée".La Réserve fédérale américaine (Fed) a signalé sa volonté de relever ses taux directeurs plus rapidement et de façon plus agressive que prévu pour contenir l'inflation galopante aux États-Unis qui pèse sur les ménages et la consommation moteur de la croissance américaine. Un relèvement des taux directeurs signifie que les coûts de refinancement de la dette d'un certain nombre de pays émergents libellée en dollars vont augmenter. Or, ces pays sont aussi à la traîne dans la reprise économique et sont donc moins à même d'absorber ces coûts supplémentaires."Alors que les coûts d'emprunt en dollars restent faibles pour beaucoup, les inquiétudes concernant l'inflation intérieure (...) ont conduit plusieurs marchés émergents l'année dernière, dont le Brésil, la Russie et l'Afrique du Sud, a commencé à augmenter taux d'intérêt", notent en outre le FMI.In fine, des hausses plus rapides des taux de la Fed pourraient "secouer les marchés financiers et resserrer les conditions financières à l'échelle mondiale", ajoutent les auteurs du blog.Le risque est un ralentissement de la demande et du commerce aux États-Unis ainsi que la sortie de capitaux et la dépréciation de la monnaie dans les marchés émergents.Le FMI préconise aux marchés émergents de prendre des mesures "dès maintenant (...) pour réduire les vulnérabilités". L'institution de Washington recommande enfin "une communication claire et cohérente" des plans de politiques monétaires pour "améliorer la compréhension de la nécessité de rechercher la stabilité des prix".