A la mi-mai, les socialistes francophones avaient présenté 13 propositions en vue de protéger le pouvoir d'achat de la classe moyenne face à la poussée de l'inflation. Un mois plus tard, ils remettent le couvert alors que la fin de l'année politique se profile.

"Comme Premier ministre, il y a la nécessité d'être à l'écoute des gens qui sont en souffrance sociale, il faut être dans le concret, et c'est le rôle du Premier ministre de rassembler son équipe et de trouver des solutions. On lui demande d'assumer la fonction qui est la sienne", a souligné lundi le chef de groupe PS à la Chambre, Ahmed Laaouej, sur les ondes de Bel-RTL.

Dimanche, le président du parti, Paul Magnette, tenait le même discours sur le plateau de RTL-TVi. "Energie nucléaire, pension, prix de l'énergie, salaires: ces questions sont sur la table, il est plus que temps de trancher", a-t-il dit.

Plusieurs dossiers sont en attente d'une avancée d'ici le 21 juillet, voire plus tôt, alors que l'ambiance se tend dans la Vivaldi: le deal pour l'emploi, une partie de la réforme des pensions, la prolongation des mesures qui diminuent la facture énergétique, etc. sans compter la volonté exprimée par M. De Croo de porter à 2% du PIB l'investissement dans la Défense d'ici 2035. Le PS s'est défendu de s'engager déjà dans une campagne électorale. "Nous ne sommes pas en campagne électorale, nous sommes face aux urgences sociales. Et c'est ça que nous disons: il faut prendre la mesure de la situation. Et on ne peut pas se permettre simplement de faire de grandes déclarations sans lendemain, il faut venir avec des choses concrètes", a expliqué M. Laaouej.

A la mi-mai, les socialistes francophones avaient présenté 13 propositions en vue de protéger le pouvoir d'achat de la classe moyenne face à la poussée de l'inflation. Un mois plus tard, ils remettent le couvert alors que la fin de l'année politique se profile. "Comme Premier ministre, il y a la nécessité d'être à l'écoute des gens qui sont en souffrance sociale, il faut être dans le concret, et c'est le rôle du Premier ministre de rassembler son équipe et de trouver des solutions. On lui demande d'assumer la fonction qui est la sienne", a souligné lundi le chef de groupe PS à la Chambre, Ahmed Laaouej, sur les ondes de Bel-RTL. Dimanche, le président du parti, Paul Magnette, tenait le même discours sur le plateau de RTL-TVi. "Energie nucléaire, pension, prix de l'énergie, salaires: ces questions sont sur la table, il est plus que temps de trancher", a-t-il dit. Plusieurs dossiers sont en attente d'une avancée d'ici le 21 juillet, voire plus tôt, alors que l'ambiance se tend dans la Vivaldi: le deal pour l'emploi, une partie de la réforme des pensions, la prolongation des mesures qui diminuent la facture énergétique, etc. sans compter la volonté exprimée par M. De Croo de porter à 2% du PIB l'investissement dans la Défense d'ici 2035. Le PS s'est défendu de s'engager déjà dans une campagne électorale. "Nous ne sommes pas en campagne électorale, nous sommes face aux urgences sociales. Et c'est ça que nous disons: il faut prendre la mesure de la situation. Et on ne peut pas se permettre simplement de faire de grandes déclarations sans lendemain, il faut venir avec des choses concrètes", a expliqué M. Laaouej.