La proximité des élections a-t-elle forcé l'entente ? Toujours est-il qu'après avoir longtemps ferraillé, les partis flamands ont fini par se mettre d'accord sur un nouveau décret régentant l'accès à l'enseignement. Les inscriptions dans les écoles s'ouvriront partout le même jour, en l'occurrence le 29 mai. Da...

La proximité des élections a-t-elle forcé l'entente ? Toujours est-il qu'après avoir longtemps ferraillé, les partis flamands ont fini par se mettre d'accord sur un nouveau décret régentant l'accès à l'enseignement. Les inscriptions dans les écoles s'ouvriront partout le même jour, en l'occurrence le 29 mai. Dans le secondaire, les frères et soeurs d'élèves déjà inscrits seront prioritaires, tout comme les enfants de membres du personnel. Les places restantes seront attribuées par tirage au sort. Tous les établissements confrontés à un problème de capacité seront appelés à le faire savoir afin de laisser aux parents le temps d'examiner d'autres options, de visiter d'autres écoles. Ce système de tirage au sort était déjà d'application dans des villes comme Gand et Anvers pour y éradiquer les campings devant les établissements scolaires. Il est désormais étendu à toute la Flandre et ne fait pas vraiment l'unanimité. " Un système plus juste pour répartir les places n'existe pas , argumente la ministre de l'Enseignement Hilde Crevits. C'est cela ou le maintien du premier arrivé-premier inscrit ". Le double contingentement ( dubbele contingentering), en revanche, disparaît. Imaginé pour assurer une plus grande mixité sociale, ce procédé travaille avec deux listes. Sur la première sont inscrits les enfants issus de milieux défavorisés, sur la seconde, tous les autres. Les écoles conservent toutefois la faculté de réserver 20 % des places au groupe le moins représenté. Dans le primaire, le double contingentement reste toutefois d'application.