On sourit en imaginant les procès en laxisme que la N-VA et ses partenaires de la majorité fédérale auraient intentés si un gouvernement Di Rupo ou Magnette avait pris une telle décision. Et l'on sourit tout autant en découvrant que le PS considère aujourd'hui ce report de l'équilibre comme " un constat d'échec " de la politique économique du gouvernement Michel. A croire que le fait de siéger dans la majorité ou dans l'opposition prime de loin sur toute analyse sérieuse d'un dossier. De tels comportements de girouettes idéologiques ne grandissent certainement pas le monde politique.
...