"Mais en le maintenant, on va aussi faire en sorte qu'il n'y ait pas d'effet sur les distributeurs et qu'ils ne doivent pas vendre à perte. Ceci vaut aussi pour les distributeurs de mazout", ajoute le cabinet Dermagne.

"En clair, la législation sur le prix maximum restera en place, mais les paramètres seront adaptés. La discussion se poursuivra demain/vendredi en fin de journée."

Le secteur de l'énergie a fait part dans la matinée de ses craintes de devoir vendre du carburant à perte.

Mercredi, une centaine de stations-service ne délivraient plus d'essence ou de diesel à cause des ventes à perte, confirmait ainsi la Brafco, la fédération des négociants en combustible et carburant dans Sudinfo jeudi.

À cause des fortes hausses, le prix maximum de vente à l'automobiliste est moins élevé que le prix d'achat auprès du fournisseur. "Ce mercredi, nous avons donné 24 heures au gouvernement et plus spécifiquement aux ministres Van der Straeten et Dermagne pour apporter les solutions adéquates à la problématique."

Interrogée à ce sujet à la Chambre, Tinne Van der Straeten a indiqué s'attaquer au problème, sans vouloir dépendre d'un ultimatum.

"Mais en le maintenant, on va aussi faire en sorte qu'il n'y ait pas d'effet sur les distributeurs et qu'ils ne doivent pas vendre à perte. Ceci vaut aussi pour les distributeurs de mazout", ajoute le cabinet Dermagne."En clair, la législation sur le prix maximum restera en place, mais les paramètres seront adaptés. La discussion se poursuivra demain/vendredi en fin de journée."Le secteur de l'énergie a fait part dans la matinée de ses craintes de devoir vendre du carburant à perte.Mercredi, une centaine de stations-service ne délivraient plus d'essence ou de diesel à cause des ventes à perte, confirmait ainsi la Brafco, la fédération des négociants en combustible et carburant dans Sudinfo jeudi.À cause des fortes hausses, le prix maximum de vente à l'automobiliste est moins élevé que le prix d'achat auprès du fournisseur. "Ce mercredi, nous avons donné 24 heures au gouvernement et plus spécifiquement aux ministres Van der Straeten et Dermagne pour apporter les solutions adéquates à la problématique."Interrogée à ce sujet à la Chambre, Tinne Van der Straeten a indiqué s'attaquer au problème, sans vouloir dépendre d'un ultimatum.