"Ne rompons pas la confiance du peuple britannique en organisant un nouveau référendum" sur le Brexit, doit-elle dire aux élus, selon des extraits de son discours diffusés par ses services. Un nouveau scrutin "entraînerait des dégâts irréparables pour l'intégrité de notre vie politique", doit-elle prévenir.

Selon elle, ce deuxième référendum "ne nous avancerait probablement pas plus" et "diviserait encore notre pays au moment même où nous travaillons pour l'unir". La Grande-Bretagne a voté en 2016 lors d'un référendum en faveur de son divorce d'avec l'Union européenne, qui doit intervenir le 29 mars prochain.

Theresa May voit son autorité contestée au Royaume-Uni et a du mal à convaincre son Parlement à valider l'accord convenu avec Bruxelles en novembre sur les modalités du divorce.