"Ne pas aborder ce texte en commission ce lundi est un échec. J'ai porté ce projet depuis le début et je ne parviens pas à franchir la ligne d'arrivée", a-t-il amèrement regretté.

"Je saurai en tirer les conclusions le moment venu mais je considère que la priorité, en cette fin d'année, est de doter la Wallonie d'un budget", a-t-il mystérieusement ajouté avant d'enchaîner sur la présentation du budget 2022 qui doit être débattu cette semaine au parlement régional.

Le projet de décret sur un impôt plus juste aurait déjà dû être discuté au parlement le 22 novembre dernier. Il avait toutefois été retiré, à la demande des groupes parlementaires, pour être affiné. Quelques jours plus tard, la majorité PS-MR-Ecolo avait décidé de supprimer le principe de rétroactivité en ce qui concerne l'allongement de trois à cinq années du délai pour qu'une donation manuelle effectuée avant le décès ne soit pas requalifiée - et taxée - en succession.

Il aurait dû revenir cette semaine sur la table des parlementaires.

"Ne pas aborder ce texte en commission ce lundi est un échec. J'ai porté ce projet depuis le début et je ne parviens pas à franchir la ligne d'arrivée", a-t-il amèrement regretté. "Je saurai en tirer les conclusions le moment venu mais je considère que la priorité, en cette fin d'année, est de doter la Wallonie d'un budget", a-t-il mystérieusement ajouté avant d'enchaîner sur la présentation du budget 2022 qui doit être débattu cette semaine au parlement régional. Le projet de décret sur un impôt plus juste aurait déjà dû être discuté au parlement le 22 novembre dernier. Il avait toutefois été retiré, à la demande des groupes parlementaires, pour être affiné. Quelques jours plus tard, la majorité PS-MR-Ecolo avait décidé de supprimer le principe de rétroactivité en ce qui concerne l'allongement de trois à cinq années du délai pour qu'une donation manuelle effectuée avant le décès ne soit pas requalifiée - et taxée - en succession. Il aurait dû revenir cette semaine sur la table des parlementaires.