L'an dernier, 2.124 nouvelles personnes se sont jointes au rang des "super-riches". Cela porte à 265.490 le nombre total de personnes ayant une fortune personnelle de plus de 30 millions de dollars (un peu moins de 27,5 millions d'euros).
...

L'an dernier, 2.124 nouvelles personnes se sont jointes au rang des "super-riches". Cela porte à 265.490 le nombre total de personnes ayant une fortune personnelle de plus de 30 millions de dollars (un peu moins de 27,5 millions d'euros). On les appelle les Ultra high-net-worth individual (UHNWI), autrement dit les particuliers qui possèdent une fortune nette ultra-élevée. Si leur nombre a augmenté dans le monde de 0,8% en 2018, c'est un ralentissement par rapport à la spectaculaire hausse de 2017 (+12,9%). Ils avaient alors bénéficié de l'essor des marchés boursiers. En 2018, les personnes extrêmement riches ont été touchées par la baisse de la valeur des investissements et l'augmentation des tensions commerciales mondiales, selon un rapport de la société de recherche Wealth-X. Les fortunes de plus d'un million de dollars ont également augmenté (+1,1%) par rapport à 2017.Si le nombre de super riches augmente, leur fortune combinée tend par contre à diminuer. Mais malgré ce déclin, les chercheurs de Wealth-X prévoient que les rangs de l'élite financière mondiale atteindront 353.550 d'ici 2023. Le rapport indique ainsi que toutes les régions du monde ont connu une baisse de "l'ultra richesse". Cela va d'un léger fléchissement au Moyen-Orient, à une baisse plus significative en Amérique latine et dans les Caraïbes. En Asie, la valeur nette a diminué plus rapidement qu'en Amérique du Nord et en Europe. Si l'on regarde plus précisément comment se compose le rang des ultras riches en 2018, on voit que la (grande) majorité d'entre eux provient des États-Unis. Cela représente 31% des UNWH. Les US sont suivis (de loin) par la Chine (9%) et le Japon (7%). On retrouve ensuite des pays européens comme l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni et l'Italie, mais aussi le Canada, qui se situe en 5e position. New York retrouve par ailleurs son statut de ville avec le plus grand nombre de super riches, soit 8.980. Hong Kong, qui cède sa place de ville leader de 2017, a de loin la plus forte densité d'individus ultras riches parmi sa population.Si seulement 14,6% des membres de l'UHNW sont des femmes, cette proportion est en hausse de 13,7 % par rapport à l'année précédente et arrive à un niveau jamais atteint auparavant. Chez les moins de 50 ans, les femmes représentent près d'une personne sur cinq. "C'est une indication de l'évolution des tendances de la répartition mondiale de la richesse, de l'évolution des attitudes culturelles et de la fréquence croissante des transferts de richesse intergénérationnels, et cela révèle comment la technologie crée de nouvelles opportunités pour les femmes entrepreneurs", indique le rapport."La préservation de la richesse est devenue l'objectif principal de nombreux individus de l'UHNW en 2018", explique le rapport, cité par The Guardian. "L'effondrement des marchés boursiers à la fin de l'année a provoqué une certaine appréhension chez les investisseurs en 2019, dans un contexte de ralentissement de la croissance mondiale et de tensions croissantes dans le commerce mondial." "L'évolution de la situation au cours du premier semestre de l'année a largement justifié ce sentiment de prudence, la volatilité des marchés, l'aggravation de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, les menaces croissantes liées au Brexit et la faiblesse de la demande mondiale, créant un autre environnement difficile pour la création de richesse", poursuit Wealth-X.Toutefois, le rapport indique qu'à long terme, la croissance démographique, l'essor des marchés émergents, les technologies numériques et la tendance croissante des consommateurs à acheter des produits haut de gamme "continueront de créer de la richesse".