Le groupe terroriste contrôle en effet environ 10% de la production irakienne de pétrole et environ 60% des raffineries syriennes, ce qui lui assure de plantureuses rentrées financières. "L'argent du pétrole est l'artère vitale de Daech pour acheter des armes, financer des camps d'entraînement et - ce n'est pas le moins important - payer des salaires élevés", constate le député fédéral Raoul Hedebouw. "Car, religion ou non, l'argent reste l'argent. Des milliers de combattants, entre autres de l'Armée syrienne libre et d'Al-Nosra, ont rejoint les rangs de Daech en raison des salaires meilleurs."

Le PTB souhaite donc que le gouvernement fédéral fasse un audit pour s'assurer que le pétrole utilisé en Belgique ne vient ni directement ni indirectement des puits ou raffineries contrôles par Daech. Le parti rappelle que l'ambassadrice de l'UE en Irak, Jana Hybaskova, a dénoncé il y a un an le fait que certains Etats membres de l'UE achètent du pétrole au groupe terroriste.

Le groupe terroriste contrôle en effet environ 10% de la production irakienne de pétrole et environ 60% des raffineries syriennes, ce qui lui assure de plantureuses rentrées financières. "L'argent du pétrole est l'artère vitale de Daech pour acheter des armes, financer des camps d'entraînement et - ce n'est pas le moins important - payer des salaires élevés", constate le député fédéral Raoul Hedebouw. "Car, religion ou non, l'argent reste l'argent. Des milliers de combattants, entre autres de l'Armée syrienne libre et d'Al-Nosra, ont rejoint les rangs de Daech en raison des salaires meilleurs."Le PTB souhaite donc que le gouvernement fédéral fasse un audit pour s'assurer que le pétrole utilisé en Belgique ne vient ni directement ni indirectement des puits ou raffineries contrôles par Daech. Le parti rappelle que l'ambassadrice de l'UE en Irak, Jana Hybaskova, a dénoncé il y a un an le fait que certains Etats membres de l'UE achètent du pétrole au groupe terroriste.