Selon le syndicat, l'augmentation des passagers circulant à Brussels Airport est essentiellement due à l'arrivée de la compagnie low cost Ryanair. Or, "une augmentation de 600 jobs nous parait relativement élevée quand on voit qu'une telle croissance se répercute essentiellement, dans les plus grandes entreprises, à l'intérieur du personnel existant", indique Kurt Callaerts, de la CSC-Transcom. "Dans les sociétés directement liées à l'aviation, ce sont surtout la charge de travail et la pression pour plus de flexibilité qui ont augmenté".

Comme le trafic supplémentaire provient en grande partie du secteur low cost et que les compagnies traditionnelles tentent également de s'en rapprocher, les prix des services au sol sont encore davantage mis sous pression. De nouveaux postes ont été créés, mais surtout sous forme de contrats précaires (intérim, CDD, temps partiel, freelance, jobs étudiants), qui peuvent disparaître comme neige au soleil, selon le syndicat.

Selon le syndicat, l'augmentation des passagers circulant à Brussels Airport est essentiellement due à l'arrivée de la compagnie low cost Ryanair. Or, "une augmentation de 600 jobs nous parait relativement élevée quand on voit qu'une telle croissance se répercute essentiellement, dans les plus grandes entreprises, à l'intérieur du personnel existant", indique Kurt Callaerts, de la CSC-Transcom. "Dans les sociétés directement liées à l'aviation, ce sont surtout la charge de travail et la pression pour plus de flexibilité qui ont augmenté". Comme le trafic supplémentaire provient en grande partie du secteur low cost et que les compagnies traditionnelles tentent également de s'en rapprocher, les prix des services au sol sont encore davantage mis sous pression. De nouveaux postes ont été créés, mais surtout sous forme de contrats précaires (intérim, CDD, temps partiel, freelance, jobs étudiants), qui peuvent disparaître comme neige au soleil, selon le syndicat.