Alors qu'à la base le budget 2020 mais aussi les suivants devaient être à l'équilibre, le ministre-président germanophone a indiqué lundi en séance plénière que "la crise sanitaire mais aussi les inondations de la mi-juillet avaient rendu cet objectif impossible à atteindre, sous peine de devoir procéder à des économies drastiques dans des domaines importants comme l'enseignement, la petite enfance, les soins de santé. Ce n'est pas l'option que nous avons choisie."

Après être revenu sur les différentes aides financières libérées, pour un montant de 90 millions d'euros, pour soutenir les secteurs impactés par la Covid-19, Oliver Paasch a détaillé les dizaines de millions d'euros destinés à l'aide aux entreprises, aux ménages, aux familles et encore aux communes touchées par les inondations du mois de juillet dernier.

Il a aussi souligné l'importance de tirer les justes enseignements de la crise, avec un plan d'investissements de 600 millions d'euros dont 181 millions destinés à la protection du climat.

Le chef du gouvernement germanophone a insisté sur les capacités de remboursement de la dette de la Communauté germanophone.

"Notre endettement est absolument supportable. Il atteint actuellement 6% du PIB et ne devrait pas dépasser les 10% malgré les dépenses et investissements prévus", a assuré Oliver Paasch.

Alors qu'à la base le budget 2020 mais aussi les suivants devaient être à l'équilibre, le ministre-président germanophone a indiqué lundi en séance plénière que "la crise sanitaire mais aussi les inondations de la mi-juillet avaient rendu cet objectif impossible à atteindre, sous peine de devoir procéder à des économies drastiques dans des domaines importants comme l'enseignement, la petite enfance, les soins de santé. Ce n'est pas l'option que nous avons choisie." Après être revenu sur les différentes aides financières libérées, pour un montant de 90 millions d'euros, pour soutenir les secteurs impactés par la Covid-19, Oliver Paasch a détaillé les dizaines de millions d'euros destinés à l'aide aux entreprises, aux ménages, aux familles et encore aux communes touchées par les inondations du mois de juillet dernier. Il a aussi souligné l'importance de tirer les justes enseignements de la crise, avec un plan d'investissements de 600 millions d'euros dont 181 millions destinés à la protection du climat. Le chef du gouvernement germanophone a insisté sur les capacités de remboursement de la dette de la Communauté germanophone."Notre endettement est absolument supportable. Il atteint actuellement 6% du PIB et ne devrait pas dépasser les 10% malgré les dépenses et investissements prévus", a assuré Oliver Paasch.