La fédération des entreprises de Belgique évalue l'impact de ce "lockdown" à 350 millions d'euros, dont plus de la moitié concerne Bruxelles. Le transport, le tourisme et l'horeca ont souffert le plus.

La mise en place du niveau 4 d'alerte à Bruxelles entre le samedi 21 et le jeudi 26 novembre a entraîné notamment la fermeture du métro, de magasins, d'écoles et l'annulation d'une série d'évènements.

Le recours au chômage temporaire dans certaines entreprises à Bruxelles a toutefois permis d'atténuer quelque peu les conséquences négatives.

Pieter Timmermans ne s'attend pas à ce que l'économie belge continue de souffrir. "Nous voyons déjà les premiers signes de reprise", déclare-t-il, estimant qu'il est important de rétablir l'image de la Belgique à l'étranger.

La fédération des entreprises de Belgique évalue l'impact de ce "lockdown" à 350 millions d'euros, dont plus de la moitié concerne Bruxelles. Le transport, le tourisme et l'horeca ont souffert le plus.La mise en place du niveau 4 d'alerte à Bruxelles entre le samedi 21 et le jeudi 26 novembre a entraîné notamment la fermeture du métro, de magasins, d'écoles et l'annulation d'une série d'évènements.Le recours au chômage temporaire dans certaines entreprises à Bruxelles a toutefois permis d'atténuer quelque peu les conséquences négatives.Pieter Timmermans ne s'attend pas à ce que l'économie belge continue de souffrir. "Nous voyons déjà les premiers signes de reprise", déclare-t-il, estimant qu'il est important de rétablir l'image de la Belgique à l'étranger.