Les récents chiffres de la Banque Nationale nous apprennent que le gouvernement devrait trouver de 8 à 9 milliards d'euros pour avoir un budget à l'équilibre à l'horizon de 2018. Selon Coene, l'équipe Michel n'a plus beaucoup d'options pour atteindre cet objectif. "Il faudra toucher à la sécurité sociale", dit-il dans une interview pour Le Soir.
...

Les récents chiffres de la Banque Nationale nous apprennent que le gouvernement devrait trouver de 8 à 9 milliards d'euros pour avoir un budget à l'équilibre à l'horizon de 2018. Selon Coene, l'équipe Michel n'a plus beaucoup d'options pour atteindre cet objectif. "Il faudra toucher à la sécurité sociale", dit-il dans une interview pour Le Soir.Coene est persuadé que le déficit budgétaire belge est la conséquence d'une accumulation de mesures ponctuelles non structurelles. "Si l'on veut atteindre l'équilibre budgétaire en 2018, il faudra prendre des mesures structurelles et ça va faire mal. J'entends qu'on parle de la sécu, et pourquoi pas ?", ressort-il. "Toutes les économies qui ont été réalisées ces dernières années, et pas seulement sous le gouvernement Michel, touchaient au fonctionnement de l'Etat", explique Coene. "On a atteint les limites, on le voit notamment avec la justice et en termes d'infrastructures et d'investissements publics." "Mais la Sécurité sociale a toujours été préservée.", continue Coene. Il souligne néanmoins que le but n'est pas que le gouvernement change fondamentalement notre modèle social. "Ce n'est pas qu'il faille toucher au modèle mais il y a des excès qui peuvent être éliminés à gauche et à droite sans remettre en cause notre modèle de sécurité sociale." La N-VA est depuis longtemps déjà demanderesse d'économies dans la sécurité sociale. Le parti désire notamment davantage limiter les allocations de chômage dans le temps. La déclaration de Coene est renforcée par un rapport du Fonds Monétaire International paru en mars. Le FMI déclare dans celui-ci que notre pays pourrait économiser 14 milliards d'euros dans la sécurité sociale. " La Belgique pourrait ainsi réaliser une diminution de l'inégalité et en même temps diminuer les dépenses sociales de 3,25% du produit national brut", selon le FMI. Une telle diminution des dépenses sociales éliminerait d'un seul coup le déficit budgétaire.Les partis gouvernementaux auront cependant encore des discussions difficiles au cours du prochain conclave budgétaire, au sujet de la sécurité sociale. Le CD&V notamment craint la réaction des électeurs si on devait faire des économies dans la sécurité sociale. Les socio-démocrates flamands voient davantage le salut dans une 'dual income tax', qui imposerait tous les revenus du travail de manière progressive et tous les autres revenus via un taux fixe."Quoi qu'il en soit, l'essentiel des efforts pour 2017 et 2018 devra être sur la table lors des prochaines discussions budgétaire", faisait savoir Bart De Wever, président de la N-VA, le week-end dernier.(NS)