"J'ai soulevé la question lors d'une rencontre avec Donald Trump, au cours de laquelle j'ai souligné que le Canada possède bon nombre des terres rares indispensables à la technologie moderne", a déclaré M. Trudeau, interrogé à ce sujet lors d'une conférence de presse.

"Il est dans notre intérêt de veiller à ce que nous disposions d'un approvisionnement fiable de ces importants minéraux", a-t-il précisé.

Cette annonce fait suite à un article du quotidien canadien Globe and Mail révélant les efforts déployés par le gouvernement fédéral pour réduire la dépendance des deux alliés nord-américains aux réserves chinoises de minéraux comme le lithium, l'uranium, le césium et le cobalt.

La Chine contrôle plus de 90% de l'approvisionnement mondial de ces minéraux utilisés dans les smartphones, les panneaux solaires ou encore les technologies militaires. Elle en est également le premier producteur et raffineur mondial.

En pleine guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, le gouvernement de Pékin a laissé entendre qu'il pourrait bloquer ses exportations de ces métaux dont l'industrie américaine a besoin dans de nombreux secteurs de pointe.

En 2010, le géant asiatique avait déjà brutalement interrompu ses exportations de terres rares vers le Japon lors d'un différend territorial.

Le Canada et la Chine traversent également une crise diplomatique sans précédent suite à l'arrestation à Vancouver début décembre d'une dirigeante du géant chinois des télécoms Huawei, Meng Wanzhou, à la demande des Etats-Unis qui réclament son extradition.

La Chine a arrêté depuis l'ex-diplomate canadien Michael Kovrig et son compatriote consultant Michael Spavor, qu'elle soupçonne d'espionnage, et suspendu les importations de colza et de viande canadienne.