"Ce n'est pas seulement le cas pour Donald Trump mais il y a beaucoup de choses qui sont dites pendant les campagnes qui n'arrivent jamais après l'élection", a déclaré M. Buffett, qui soutenait la démocrate Hillary Clinton, sur CNN.

Le président élu Trump a certes promis de renégocier le traité commercial Aléna signé en 1994 entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique mais il devra convaincre des élus républicains traditionnellement favorables au libre-échange, a assuré M. Buffett, le parrain informel du capitalisme américain.

"On verra ce qui se passe avec les républicains qui sont aux commandes du Sénat et de la Chambre des représentants. Il faudra qu'il ait leur soutien", a ajouté le patron du conglomérat Berkshire Hathaway, qui a des participations dans Coca-Cola mais également dans l'assurance ou la restauration et les chemins de fer.

M. Buffett a par ailleurs mis en garde contre la volonté du président élu américain d'imposer des droits de douane de 35% sur certains produits importés du Mexique ou de Chine.

"Je pense que c'est une très, très mauvaise idée", a-t-il dit. "Quand vous jouez le jeu des représailles commerciales, il est très probable que la partie adverse fasse de même".