"Un processus a été retenu: l'idée, c'est que nous parvenions à une candidature européenne de consensus qui soit une candidature solide et crédible et qui permette à l'Europe de continuer de diriger le FMI", a affirmé le ministre français lors de la conférence de presse finale du G7 Finances à Chantilly (Oise), au nord de Paris.

"La France coordonnera ces efforts, car je rappelle que nous ne sommes pas candidat", a-t-il assuré.

"Nous allons essayer dans les jours qui viennent de coordonner les positions des différents États membres afin que nous parvenions à une candidature de consensus d'ici la fin du mois de juillet", a-t-il ajouté, refusant de donner le nom des favoris. "Ce ne serait ni élégant, ni efficace", s'est-il justifié.

Son homologue américain Steven Mnuchin a rappelé pour sa part que "depuis que les institutions avaient été créées, un Américain avait dirigé la Banque mondiale et un Européen le FMI".

"Nous travaillerons étroitement avec les Européens, les Japonais et les autres pendant cette procédure", a-t-il ajouté.

Les ministres des Finances des quatre pays européens membres du G7 (Allemagne, France, Grande-Bretagne, Italie) se sont réunis informellement à Chantilly pour évoquer les candidatures à la direction générale du FMI.

Selon des sources européennes, lors de cette rencontre "utile" les noms de "plusieurs candidats" ont été mis sur la table, mais aucune "sélection" n'a été effectuée.

Au cours de cette réunion, les trois autres ministres "ont demandé à M. Le Maire de mener les conversations informelles avec tous les pays européens afin de contribuer à trouver le consensus autour d'un seul nom", ont-elles précisé.

Le ministre français, qui a déclaré à plusieurs reprises qu'il ne souhaitait pas se présenter au FMI au cours des derniers jours, "n'a pas de candidat préféré et jouera son rôle de coordination de manière impartiale", ont assuré, pour leur part, des sources françaises.

De nombreux noms circulent pour remplacer Mme Lagarde au FMI, notamment l'actuel gouverneur de la Banque d'Angleterre (BoE) Mark Carney, qui a une triple nationalité -britannique, canadienne et irlandaise-, l'ancien ministre britannique des Finances George Osborne, le commissaire européen aux Affaires économiques, l'ancien président de l'Eurogroupe, le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem et l'actuel, le Portugais Mario Centeno ou encore la ministre espagnole des Finances, Nadia Calviño.

Depuis sa création en 1944, le FMI a toujours été dirigé par un Européen tandis qu'un Américain a toujours été nommé à la tête de la Banque mondiale.