Voilà plus de 10 ans que la Région wallonne souhaite faire payer une vignette autoroutière aux automobilistes, histoire de garnir les caisses publiques et de financer les routes. Jusqu'à présent, le seul projet qui a vu le jour en ce sens concerne les poids lourds, sous la forme d'une taxe kilométrique, lancée en avril 2016. Celle-ci a rapporté 229 millions d'euros à la Région sur les 12 premiers mois de prélèvement.
...

Voilà plus de 10 ans que la Région wallonne souhaite faire payer une vignette autoroutière aux automobilistes, histoire de garnir les caisses publiques et de financer les routes. Jusqu'à présent, le seul projet qui a vu le jour en ce sens concerne les poids lourds, sous la forme d'une taxe kilométrique, lancée en avril 2016. Celle-ci a rapporté 229 millions d'euros à la Région sur les 12 premiers mois de prélèvement. Le projet de vignette pour les voitures avait de son côté été mis au frigo en 2012, la Commission européenne pointant du doigt le fait que seuls les étrangers devaient se doter d'une telle vignette. Pour ne pas fâcher les électeurs, les Régions, compétentes pour la fiscalité routière, avaient alors imaginé faire payer tout le monde et compenser le prix de la vignette par une baisse de la taxe de roulage. Depuis lors, l'Allemagne a imaginé un projet voisin, plus sophistiqué, voté en 2015. Il revient aussi à faire surtout payer les automobilistes étrangers, les Allemands bénéficiant de baisses de taxes de roulage. La Commission avait d'abord contesté le dispositif, mais finalement accepté fin 2016 une version modifiée. La tarification nouvelle tient largement compte du niveau d'émission des voitures. " Nous souhaitons observer ce que fait l'Allemagne ", précise François Dubru, porte-parole du ministre Carlo Di Antonio. Selon nos confrères de l'Echo, une vignette autoroutière de 40 euros par an pourrait ramener 150 millions d'euros dans les caisses wallonnes. Le projet n'en est cependant qu'à ses balbutiements, la proposition devant encore être discutée lors d'un débat sur une réforme fiscale en Wallonie. La vignette ne sera ensuite que sérieusement envisageable qu'à la condition qu'un accord soit conclu entre les trois Régions, pour éviter des dispositifs contradictoires. Or Ben Weyts, le ministre de la Mobilité de la Région flamande, préfère à la vignette un péage kilométrique, qui remplacerait les taxes de roulage, un dispositif qui pourrait aussi servir à combattre les embouteillages, en pratiquant une tarification différenciée sur les axes chroniquement embouteillés. " Cette approche n'est pas adaptée à la Wallonie, où les distances parcourues peuvent être plus longues dans certaines zones, au Luxembourg par exemple ", rappelle François Dubru. Il faudra toutefois finir par trouver un accord si l'on ne veut pas transformer les trajets en aventure fiscale : un Liégois qui irait à la mer devrait dans le cas contraire s'acquitter d'une vignette pour rouler sur les autoroutes wallonnes puis payer un péage kilométrique en Flandre, avec sans doute l'obligation de disposer d'un terminal embarqué. Idem en sens inverse, évidemment, pour le Gantois qui aime aller à Durbuy.