"S'il devait y avoir une sortie de la Grèce de l'euro, les experts du gouvernement (allemand) craignent une ruée de clients vers les banques grecques pour sécuriser leurs biens en euros, la conséquence pouvant être un crash bancaire", affirme le quotidien le plus lu d'Europe. Dans cette hypothèse, "l'union bancaire européenne - traduction: les contribuables européens - devrait potentiellement intervenir à coup de milliards", affirme Bild.

"Bild a appris que la chancellerie travaille à plusieurs scénarii en cas de victoire de l'alliance de gauche Syriza en Grèce" lors des élections législatives du 25 janvier, affirme le journal populaire. Parmi les éventualités envisagées, "si le processus de réformes et d'économies devait être interrompu à Athènes, un versement restant de 10 milliards d'euros d'aide pourrait ne pas être payé", écrit Bild.

Les évocations d'une possible sortie de la Grèce de l'euro vont bon train depuis que l'hebdomadaire allemand Der Spiegel a affirmé ce week-end qu'Angela Merkel serait prête à laisser la Grèce sortir de la zone euro en cas de victoire de la gauche radicale Syriza aux législatives du 25 janvier, et si ce parti remettait en cause la politique de rigueur imposée par l'Union européenne.

Berlin n'a pas démenti ces informations, tout en affirmant que le gouvernement n'avait pas changé de ligne vis à vis de la Grèce ni dans sa politique européenne. Le leader de Syriza, Alexis Tsipras, affirme vouloir en finir avec l'austérité imposée par les créanciers internationaux et souhaite restructurer la dette grecque.

"S'il devait y avoir une sortie de la Grèce de l'euro, les experts du gouvernement (allemand) craignent une ruée de clients vers les banques grecques pour sécuriser leurs biens en euros, la conséquence pouvant être un crash bancaire", affirme le quotidien le plus lu d'Europe. Dans cette hypothèse, "l'union bancaire européenne - traduction: les contribuables européens - devrait potentiellement intervenir à coup de milliards", affirme Bild. "Bild a appris que la chancellerie travaille à plusieurs scénarii en cas de victoire de l'alliance de gauche Syriza en Grèce" lors des élections législatives du 25 janvier, affirme le journal populaire. Parmi les éventualités envisagées, "si le processus de réformes et d'économies devait être interrompu à Athènes, un versement restant de 10 milliards d'euros d'aide pourrait ne pas être payé", écrit Bild. Les évocations d'une possible sortie de la Grèce de l'euro vont bon train depuis que l'hebdomadaire allemand Der Spiegel a affirmé ce week-end qu'Angela Merkel serait prête à laisser la Grèce sortir de la zone euro en cas de victoire de la gauche radicale Syriza aux législatives du 25 janvier, et si ce parti remettait en cause la politique de rigueur imposée par l'Union européenne. Berlin n'a pas démenti ces informations, tout en affirmant que le gouvernement n'avait pas changé de ligne vis à vis de la Grèce ni dans sa politique européenne. Le leader de Syriza, Alexis Tsipras, affirme vouloir en finir avec l'austérité imposée par les créanciers internationaux et souhaite restructurer la dette grecque.