"Nous devons faire un meilleur travail pour éviter le gaspillage et la fraude à tous les niveaux du gouvernement", a souligné le vice-président Joe Biden en présentant de nouveaux outils destinés à détecter les bizarreries et fraudes liées aux fonds fédéraux : "Au cours des trois dernières années, les organismes fédéraux nous ont rapporté que le gouvernement avait versé plus de 180 millions de dollars d'allocations à environ 20.000 Américains morts. On dit qu'il y a une vie après la mort, on dirait bien !"

Parmi les mesures présentées par les autorités figure un système d'alerte destiné à croiser les informations sur les personnes ou entreprises bénéficiant de fonds gouvernementaux.

Au même moment, le président américain a adressé une note aux agences fédérales, instaurant une liste des entités ou individus "à ne pas payer", à partir des bases de données des organismes gouvernementaux. Avant tout versement, une agence devra vérifier ces bases de données afin de s'assurer que le bénéficiaire est bien apte à recevoir des fonds.

Parmi les bases qui devront être consultées : le registre des morts de la Sécurité sociale et la base de données du département du Trésor sur l'endettement, précise la note présidentielle.

Trends.be, avec Belga

"Nous devons faire un meilleur travail pour éviter le gaspillage et la fraude à tous les niveaux du gouvernement", a souligné le vice-président Joe Biden en présentant de nouveaux outils destinés à détecter les bizarreries et fraudes liées aux fonds fédéraux : "Au cours des trois dernières années, les organismes fédéraux nous ont rapporté que le gouvernement avait versé plus de 180 millions de dollars d'allocations à environ 20.000 Américains morts. On dit qu'il y a une vie après la mort, on dirait bien !"Parmi les mesures présentées par les autorités figure un système d'alerte destiné à croiser les informations sur les personnes ou entreprises bénéficiant de fonds gouvernementaux.Au même moment, le président américain a adressé une note aux agences fédérales, instaurant une liste des entités ou individus "à ne pas payer", à partir des bases de données des organismes gouvernementaux. Avant tout versement, une agence devra vérifier ces bases de données afin de s'assurer que le bénéficiaire est bien apte à recevoir des fonds.Parmi les bases qui devront être consultées : le registre des morts de la Sécurité sociale et la base de données du département du Trésor sur l'endettement, précise la note présidentielle.Trends.be, avec Belga