En 2012, 10.587 entreprises défaillantes avaient été enregistrées.

11.800 et 11.999 défaillances sont attendues respectivement cette année et l'année suivante.

"Malgré un taux de défaillances qui franchit les 1,3% en 2012, la turbulence économique peut être bénéfique à l'économie belge", estime Paul Becue, directeur général d'Euler Hermes Services Belgium.

Si une fermeture d'entreprise est toujours un drame économique, social et humain, des sociétés affaiblies font toutefois place à de nouvelles entités créatives et dynamiques. Ce phénomène, dit de "creative destruction", est potentiellement source de renouveau pour le tissu productif belge, dans une optique à moyen et long terme, juge Paul Becue.

Il ressort également de l'analyse de l'assureur-crédit que la Belgique s'en sort plutôt bien par rapport à ses voisins. Néanmoins, le financement des entreprises, surtout pour les PME, reste problématique dans notre pays, souligne Euler Hermes

En 2012, 10.587 entreprises défaillantes avaient été enregistrées. 11.800 et 11.999 défaillances sont attendues respectivement cette année et l'année suivante. "Malgré un taux de défaillances qui franchit les 1,3% en 2012, la turbulence économique peut être bénéfique à l'économie belge", estime Paul Becue, directeur général d'Euler Hermes Services Belgium. Si une fermeture d'entreprise est toujours un drame économique, social et humain, des sociétés affaiblies font toutefois place à de nouvelles entités créatives et dynamiques. Ce phénomène, dit de "creative destruction", est potentiellement source de renouveau pour le tissu productif belge, dans une optique à moyen et long terme, juge Paul Becue. Il ressort également de l'analyse de l'assureur-crédit que la Belgique s'en sort plutôt bien par rapport à ses voisins. Néanmoins, le financement des entreprises, surtout pour les PME, reste problématique dans notre pays, souligne Euler Hermes