"Le 29 novembre aura lieu, partout dans le monde, l'opération commerciale "Black Friday", grande braderie américaine des cultures, notamment francophones. Nous lançons un appel au rejet de cette dénomination, et plus généralement au refus d'acheter aux entreprises collaboratrices", écrit le collectif "Langue française", qui réunit des associations suisse, française, belge et canadienne défendant le français.

Les auteurs de l'appel "constatent l'impact puissamment néfaste de la langue anglo-américaine", qui "n'étoffe plus le français, mais l'étouffe jusqu'à se substituer à lui comme langue d'usage en terres francophones". Ils appellent à refuser "de voir brader la langue française et ses valeurs à l'empire anglo-américain".

Le collectif invite ainsi les entreprises francophones à utiliser l'expression "Vendredi fou" plutôt que l'expression anglo-américaine "Black Friday", comme le recommande le Grand dictionnaire terminologique du Québec (GDTQ), et à "oublier les commerces" qui ne le font pas.

Se sont notamment associés à cette démarche les écrivains français Jean-Marie Rouart et Didier Van Cauwelaert, le franco-marocain Tahar Ben Jelloun, le sociologue suisse Jean Ziegler, ou encore l'auteur-compositeur et chanteur louisianais Zachary Richard.