Le CEO de Belgacom Didier Bellens doit démissionner ou être licencié, a affirmé ce vendredi le ministre wallon André Antoine (cdH). "Il pose tous les gestes nécessaires pour que son actionnaire s'en débarrasse", a-t-il affirmé sur Bel RTL.

"Je considère son comportement tout à fait inadéquat", affirme M. Antoine. "Pour moi, s'il n'y a pas de démission, c'est un licenciement" qui est indiqué, en dépit des indemnités de départ élevées, ajoute-t-il. "Un patron de société ne peut pas se moquer de son actionnaire, dès lors qu'il s'agit en outre des pouvoirs publics".

Le CEO de Belgacom Didier Bellens doit démissionner ou être licencié, a affirmé ce vendredi le ministre wallon André Antoine (cdH). "Il pose tous les gestes nécessaires pour que son actionnaire s'en débarrasse", a-t-il affirmé sur Bel RTL. "Je considère son comportement tout à fait inadéquat", affirme M. Antoine. "Pour moi, s'il n'y a pas de démission, c'est un licenciement" qui est indiqué, en dépit des indemnités de départ élevées, ajoute-t-il. "Un patron de société ne peut pas se moquer de son actionnaire, dès lors qu'il s'agit en outre des pouvoirs publics".