Si le solde final est positif, l'essor des échanges a fait des gagnants mais également des perdants.

Les créations d'emplois ont été particulièrement fortes dans les branches spécialisées dans l'export, telles que la construction de machines et de véhicules.

A l'inverse, des branches directement concurrencées par des produits importés de Chine et d'Europe de l'Est, à l'instar de l'industrie du textile, ont subi des pertes d'emplois "substantielles", précise l'agence.

Au total, la forte croissance du commerce avec ces deux régions, entre 1998 et 2008, a permis de créer 493.000 emplois nouveaux en Allemagne.

De façon générale, cet essor des échanges a renforcé la stabilité des emplois, ajoute l'agence, même si des inégalités subsistent parmi les différents secteurs de l'économie allemande.

Tandis que la durée moyenne des emplois occupés a progressé dans les branches exportatrices, elle a regressé dans les branches concurrencées par une forte poussée des importations.

Trends.be avec Belga

Si le solde final est positif, l'essor des échanges a fait des gagnants mais également des perdants. Les créations d'emplois ont été particulièrement fortes dans les branches spécialisées dans l'export, telles que la construction de machines et de véhicules. A l'inverse, des branches directement concurrencées par des produits importés de Chine et d'Europe de l'Est, à l'instar de l'industrie du textile, ont subi des pertes d'emplois "substantielles", précise l'agence. Au total, la forte croissance du commerce avec ces deux régions, entre 1998 et 2008, a permis de créer 493.000 emplois nouveaux en Allemagne. De façon générale, cet essor des échanges a renforcé la stabilité des emplois, ajoute l'agence, même si des inégalités subsistent parmi les différents secteurs de l'économie allemande. Tandis que la durée moyenne des emplois occupés a progressé dans les branches exportatrices, elle a regressé dans les branches concurrencées par une forte poussée des importations.Trends.be avec Belga