L'achat par l'Etat allemand de CD-Rom contenant des données bancaires volées a engendré des déclarations spontanées de 26.400 fraudeurs qui ont déclaré volontairement leurs avoirs cachés à l'étranger en 2010. L'opération a engendré une recette supplémentaire de quelque 2 milliards d'euros au fisc de ce pays, a indiqué le quotidien économique allemand Handelsblatt.

?

Selon Hartmut Koschyk, secrétaire d'Etat parlementaire auprès du ministère des Finances, près du tiers des repentis résident dans le Bad-Wurtemberg, l'état d'origine du ministre des Finances, Wolfgang Schäuble. Ils ont payé à eux seuls 1,13 milliard d'euros d'arriérés.

?

Selon un conseiller fiscal basé à Münich, les repentis ne sont toutefois pas les gros poissons, qui continuent de dissimuler leurs fonds en les plaçant dans des pays moins visibles que la Suisse ou en investissant des placements opaques.

?

L'achat d'informations volées a rapporté plus que l'opération d'amnistie fiscale menée entre janvier 2004 et mars 2005 contre le versement d'une taxe de 25 % de les avoirs détenus secrètement à l'étranger. Celle-ci avait rapporté 1,4 milliard d'euros.

?

Trends.be, avec Belga

L'achat par l'Etat allemand de CD-Rom contenant des données bancaires volées a engendré des déclarations spontanées de 26.400 fraudeurs qui ont déclaré volontairement leurs avoirs cachés à l'étranger en 2010. L'opération a engendré une recette supplémentaire de quelque 2 milliards d'euros au fisc de ce pays, a indiqué le quotidien économique allemand Handelsblatt.?Selon Hartmut Koschyk, secrétaire d'Etat parlementaire auprès du ministère des Finances, près du tiers des repentis résident dans le Bad-Wurtemberg, l'état d'origine du ministre des Finances, Wolfgang Schäuble. Ils ont payé à eux seuls 1,13 milliard d'euros d'arriérés.?Selon un conseiller fiscal basé à Münich, les repentis ne sont toutefois pas les gros poissons, qui continuent de dissimuler leurs fonds en les plaçant dans des pays moins visibles que la Suisse ou en investissant des placements opaques.?L'achat d'informations volées a rapporté plus que l'opération d'amnistie fiscale menée entre janvier 2004 et mars 2005 contre le versement d'une taxe de 25 % de les avoirs détenus secrètement à l'étranger. Celle-ci avait rapporté 1,4 milliard d'euros.?Trends.be, avec Belga