Le Commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici s'est montré lundi dubitatif sur la possibilité pour le Royaume-Uni et les Etats-Unis de conclure "rapidement" un accord de libre-échange comme l'a souhaité le président américain élu Donald Trump.

"Le Royaume-Uni pour l'heure est encore un pays membre de l'Union européenne", a souligné M. Moscovici lors d'une conférence de presse à Paris.

"Mme May n'a pas encore même provoqué l'article 50 qui déclenche les négociations, et vous savez que les négociations dureront ensuite deux ans", a-t-il ajouté.

En attendant, "il ne peut pas y avoir d'accord de libre-échange qui soit conclu avec un pays membre de l'Union européenne puisque vous savez que c'est une prérogative de la Commission européenne de négocier, que la politique commerciale est une politique qui a été transférée à l'Union européenne", a-t-il déclaré.

M. Moscovici a par ailleurs observé que même si le Royaume-Uni quittait l'UE "dans des conditions dures", il faudrait "encore un certain temps pour négocier un tel accord".

Dans un entretien au quotidien londonien The Times diffusé dimanche, le président élu américain a prédit que le Brexit serait "un succès" et annoncé qu'il voulait conclure "rapidement" un accord commercial avec le Royaume-Uni.

Lundi, le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson a qualifié cette proposition de "très bonne nouvelle".

Le Commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici s'est montré lundi dubitatif sur la possibilité pour le Royaume-Uni et les Etats-Unis de conclure "rapidement" un accord de libre-échange comme l'a souhaité le président américain élu Donald Trump."Le Royaume-Uni pour l'heure est encore un pays membre de l'Union européenne", a souligné M. Moscovici lors d'une conférence de presse à Paris."Mme May n'a pas encore même provoqué l'article 50 qui déclenche les négociations, et vous savez que les négociations dureront ensuite deux ans", a-t-il ajouté.En attendant, "il ne peut pas y avoir d'accord de libre-échange qui soit conclu avec un pays membre de l'Union européenne puisque vous savez que c'est une prérogative de la Commission européenne de négocier, que la politique commerciale est une politique qui a été transférée à l'Union européenne", a-t-il déclaré.M. Moscovici a par ailleurs observé que même si le Royaume-Uni quittait l'UE "dans des conditions dures", il faudrait "encore un certain temps pour négocier un tel accord".Dans un entretien au quotidien londonien The Times diffusé dimanche, le président élu américain a prédit que le Brexit serait "un succès" et annoncé qu'il voulait conclure "rapidement" un accord commercial avec le Royaume-Uni.Lundi, le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson a qualifié cette proposition de "très bonne nouvelle".