Le PMI composite de la zone euro s'est établi à 52,1 contre 51,7 en novembre, selon une première estimation publiée lundi par Markit. Lorsque l'indice dépasse les 50 points, cela signifie que l'activité progresse, tandis qu'elle se replie s'il est en dessous de ce seuil.

Le PMI composite s'établit à son plus haut niveau en trois mois et devrait mettre en évidence la plus forte croissance trimestrielle au sein de la zone euro depuis deux ans et demi.

"La hausse de l'indice PMI après deux mois de replis consécutifs est un grand soulagement", estime Chris Williamson, économiste chez Markit, qui y voit le "signe que la zone euro n'a pas quitté la voie de la reprise". Cela devrait se traduire par une croissance faible (+0,2%) au 4e trimestre.

Mais "la plus grosse inquiétude concerne la France où l'activité du secteur privé se replie pour le 2e mois consécutif, affichant sa plus forte contraction depuis mai", indique Markit. En revanche, les données de l'enquête PMI signalent un bon trimestre de croissance en Allemagne, où le PIB devrait progresser de 0,5%.

Le PMI composite de la zone euro s'est établi à 52,1 contre 51,7 en novembre, selon une première estimation publiée lundi par Markit. Lorsque l'indice dépasse les 50 points, cela signifie que l'activité progresse, tandis qu'elle se replie s'il est en dessous de ce seuil. Le PMI composite s'établit à son plus haut niveau en trois mois et devrait mettre en évidence la plus forte croissance trimestrielle au sein de la zone euro depuis deux ans et demi. "La hausse de l'indice PMI après deux mois de replis consécutifs est un grand soulagement", estime Chris Williamson, économiste chez Markit, qui y voit le "signe que la zone euro n'a pas quitté la voie de la reprise". Cela devrait se traduire par une croissance faible (+0,2%) au 4e trimestre. Mais "la plus grosse inquiétude concerne la France où l'activité du secteur privé se replie pour le 2e mois consécutif, affichant sa plus forte contraction depuis mai", indique Markit. En revanche, les données de l'enquête PMI signalent un bon trimestre de croissance en Allemagne, où le PIB devrait progresser de 0,5%.