Twin Disc International, spécialiste des systèmes de transmissions de puissances navale et industrielle, basé à Nivelles, a annoncé mercredi son intention de réorganiser ses activités. Le plan prévoit 23 licenciements dans les deux ans, sur les 141 collaborateurs de l'entreprise.

La réorganisation a pour but de concentrer "l'usine sur ses compétences stratégiques, l'usinage et l'assemblage de systèmes de transmission, tout en externalisant ses activités non stratégiques à des tiers". La direction fait part d'un "environnement de marché difficile", avec son principal marché - la construction navale - "sévèrement touché par la crise du Covid-19". Rien n'indique en outre que la situation va rapidement s'améliorer, soulève-t-elle. L'entreprise veut pérenniser les activités sur le site et a l'intention d'investir "considérablement" en 2022 et d'améliorer sa structure de coûts grâce à des programmes d'amélioration continue.

Les activités externalisées à des tiers "ne sont pas compétitives", poursuit-elle. Le directeur de l'usine, Luc Vergels, évoque une "annonce difficile". "Nous souhaitons entamer un dialogue constructif avec nos partenaires sociaux et espérons pouvoir trouver des solutions appropriées dans l'intérêt de tous les collaborateurs concernés."

Twin Disc International, spécialiste des systèmes de transmissions de puissances navale et industrielle, basé à Nivelles, a annoncé mercredi son intention de réorganiser ses activités. Le plan prévoit 23 licenciements dans les deux ans, sur les 141 collaborateurs de l'entreprise. La réorganisation a pour but de concentrer "l'usine sur ses compétences stratégiques, l'usinage et l'assemblage de systèmes de transmission, tout en externalisant ses activités non stratégiques à des tiers". La direction fait part d'un "environnement de marché difficile", avec son principal marché - la construction navale - "sévèrement touché par la crise du Covid-19". Rien n'indique en outre que la situation va rapidement s'améliorer, soulève-t-elle. L'entreprise veut pérenniser les activités sur le site et a l'intention d'investir "considérablement" en 2022 et d'améliorer sa structure de coûts grâce à des programmes d'amélioration continue. Les activités externalisées à des tiers "ne sont pas compétitives", poursuit-elle. Le directeur de l'usine, Luc Vergels, évoque une "annonce difficile". "Nous souhaitons entamer un dialogue constructif avec nos partenaires sociaux et espérons pouvoir trouver des solutions appropriées dans l'intérêt de tous les collaborateurs concernés."