Bien entendu, c'est de l'humour mais j'aurai voulu que ce soit vrai. Vous n'avez qu'à regarder vos médias d'information préférés et vous constaterez comme moi que les articles économiques parlent de licenciements, de chômage, de restructurations, de la hausse des faillites, des banques qui se préparent au pire, etc. Pourtant, si j'ai démarré cette chronique en vous disant que la crise est finie, c'est parce que c'est le cas pour la Bourse, en tout cas pour la Bourse américaine. Cette dernière a effacé toutes les pertes enregistrées lors de l'éclatement de la crise du covid-19. La preuve, c'est que l'indice Nasdaq, qui regroupe les valeurs technologiques, a retrouvé son niveau d'avant la crise. Et c'est aussi le cas de l'indice S&P 500 qui, lui, regroupe les 500 plus importantes sociétés cotées américaines, lui aussi a retrouvé son niveau d'avant le covid-19.

C'est complètement dingue, car la Bourse est censée représenter la réalité économique. Or, vous le savez comme moi, l'économie réelle n'est pas au mieux de sa forme, alors, pourquoi ce divorce entre la finance et la réalité du terrain ? La première chose à bien garder à l'esprit, c'est que ces deux indices boursiers, dont je vous ai parlé, sont biaisés : biaisés car le poids des valeurs numériques comme Apple, Facebook, Amazon y est très prépondérant, et donc, ces actions biaisent à la hausse ces indices. Il faut savoir qu'aujourd'hui la valeur d'une seule action Apple pèse plus que les 40 actions qui forment l'indice CAC 40, l'indice de la Bourse de Paris ! C'est fou, mais une valeur (Apple) vaut plus que toute la Bourse de la 6ème ou 7ème puissance économique mondiale.

Ensuite, si les investisseurs boursiers sont aussi positifs, c'est parce que les taux d'intérêt sont très bas, voire négatifs. Donc, les personnes qui veulent du rendement se ruent soit sur l'or pour se protéger soit sur les actions. En clair, si vous voulez du rendement, la Bourse est un placement inévitable. Et puis, osons aussi le dire, si le moral des investisseurs en Bourse est au beau fixe, c'est parce qu'ils savent que les gouvernements vont aider les ménages et les entreprises. De leur côté, les banques centrales vont garder les taux d'intérêt bas pendant encore de longues années pour nous permettre de rembourser nos dettes publiques et privées.

Voilà, en gros, pourquoi les investisseurs boursiers ignorent la crise. Pour eux, c'est déjà un mauvais souvenir. Reste à voir si c'est un bon signe pour l'avenir ou une forme d'autohypnose ?

Bien entendu, c'est de l'humour mais j'aurai voulu que ce soit vrai. Vous n'avez qu'à regarder vos médias d'information préférés et vous constaterez comme moi que les articles économiques parlent de licenciements, de chômage, de restructurations, de la hausse des faillites, des banques qui se préparent au pire, etc. Pourtant, si j'ai démarré cette chronique en vous disant que la crise est finie, c'est parce que c'est le cas pour la Bourse, en tout cas pour la Bourse américaine. Cette dernière a effacé toutes les pertes enregistrées lors de l'éclatement de la crise du covid-19. La preuve, c'est que l'indice Nasdaq, qui regroupe les valeurs technologiques, a retrouvé son niveau d'avant la crise. Et c'est aussi le cas de l'indice S&P 500 qui, lui, regroupe les 500 plus importantes sociétés cotées américaines, lui aussi a retrouvé son niveau d'avant le covid-19.C'est complètement dingue, car la Bourse est censée représenter la réalité économique. Or, vous le savez comme moi, l'économie réelle n'est pas au mieux de sa forme, alors, pourquoi ce divorce entre la finance et la réalité du terrain ? La première chose à bien garder à l'esprit, c'est que ces deux indices boursiers, dont je vous ai parlé, sont biaisés : biaisés car le poids des valeurs numériques comme Apple, Facebook, Amazon y est très prépondérant, et donc, ces actions biaisent à la hausse ces indices. Il faut savoir qu'aujourd'hui la valeur d'une seule action Apple pèse plus que les 40 actions qui forment l'indice CAC 40, l'indice de la Bourse de Paris ! C'est fou, mais une valeur (Apple) vaut plus que toute la Bourse de la 6ème ou 7ème puissance économique mondiale. Ensuite, si les investisseurs boursiers sont aussi positifs, c'est parce que les taux d'intérêt sont très bas, voire négatifs. Donc, les personnes qui veulent du rendement se ruent soit sur l'or pour se protéger soit sur les actions. En clair, si vous voulez du rendement, la Bourse est un placement inévitable. Et puis, osons aussi le dire, si le moral des investisseurs en Bourse est au beau fixe, c'est parce qu'ils savent que les gouvernements vont aider les ménages et les entreprises. De leur côté, les banques centrales vont garder les taux d'intérêt bas pendant encore de longues années pour nous permettre de rembourser nos dettes publiques et privées.Voilà, en gros, pourquoi les investisseurs boursiers ignorent la crise. Pour eux, c'est déjà un mauvais souvenir. Reste à voir si c'est un bon signe pour l'avenir ou une forme d'autohypnose ?