"Les discussions ont débuté il y a 8 mois et aujourd'hui, le dialogue et la confiance sont rompus", a expliqué Najar Lahouari, secrétaire de la FGTB Bruxelles. Selon ce dernier, les techniciens spécialisés sont sous-payés "alors qu'ils doivent respecter des normes de plus en plus contraignantes". "Deux jours de grève ont déjà été observés, jeudi passé et hier/lundi. Ce mardi, les techniciens ont décidé de passer à la vitesse supérieure et de dresser un piquet de grève devant les portes de l'entreprise, à Anderlecht", a précisé le responsable du syndicat socialiste. Aucune rencontre n'est actuellement prévue avec la direction. L'entreprise Bulex, spécialisée depuis plus de 75 ans dans les systèmes de chaudières et de production d'eau chaude, emploie quelque 150 techniciens spécialisés en Belgique. (PVO)

"Les discussions ont débuté il y a 8 mois et aujourd'hui, le dialogue et la confiance sont rompus", a expliqué Najar Lahouari, secrétaire de la FGTB Bruxelles. Selon ce dernier, les techniciens spécialisés sont sous-payés "alors qu'ils doivent respecter des normes de plus en plus contraignantes". "Deux jours de grève ont déjà été observés, jeudi passé et hier/lundi. Ce mardi, les techniciens ont décidé de passer à la vitesse supérieure et de dresser un piquet de grève devant les portes de l'entreprise, à Anderlecht", a précisé le responsable du syndicat socialiste. Aucune rencontre n'est actuellement prévue avec la direction. L'entreprise Bulex, spécialisée depuis plus de 75 ans dans les systèmes de chaudières et de production d'eau chaude, emploie quelque 150 techniciens spécialisés en Belgique. (PVO)