Thierry Desmarest a quitté vendredi la présidence de Total après 15 années à ce poste, laissant les rênes du groupe pétrolier à son dauphin, le directeur général Christophe de Margerie, qui inscrit sa politique dans la continuité de celle de son prédécesseur.

"Le moment est venu de m'éloigner des responsabilités que vous m'avez confiées en mai 1995 et je ne vous cacherai pas l'émotion que je ressens en ce moment", a déclaré Thierry Desmarest, devant l'assemblée générale des actionnaires du groupe. Christophe de Margerie, qui a pris la direction générale voici trois ans, a été nommé à la présidence du groupe pétrolier vendredi, devenant ainsi PDG.

A 64 ans, Thierry Desmarest a rappelé que, sous sa présidence, Total était entré "dans le groupe des cinq plus grandes compagnies internationales" en fusionnant successivement avec le belge Petrofina et le français Elf Aquitaine. L'ancienne Compagnie française des pétroles, née en 1924, est ainsi passée de la 13e à la 4e place des groupes pétroliers mondiaux et représente désormais la première capitalisation de la Bourse de Paris.

Trends.be, avec Belga

Thierry Desmarest a quitté vendredi la présidence de Total après 15 années à ce poste, laissant les rênes du groupe pétrolier à son dauphin, le directeur général Christophe de Margerie, qui inscrit sa politique dans la continuité de celle de son prédécesseur."Le moment est venu de m'éloigner des responsabilités que vous m'avez confiées en mai 1995 et je ne vous cacherai pas l'émotion que je ressens en ce moment", a déclaré Thierry Desmarest, devant l'assemblée générale des actionnaires du groupe. Christophe de Margerie, qui a pris la direction générale voici trois ans, a été nommé à la présidence du groupe pétrolier vendredi, devenant ainsi PDG.A 64 ans, Thierry Desmarest a rappelé que, sous sa présidence, Total était entré "dans le groupe des cinq plus grandes compagnies internationales" en fusionnant successivement avec le belge Petrofina et le français Elf Aquitaine. L'ancienne Compagnie française des pétroles, née en 1924, est ainsi passée de la 13e à la 4e place des groupes pétroliers mondiaux et représente désormais la première capitalisation de la Bourse de Paris.Trends.be, avec Belga