" Un leader ambidextre. " Voilà comment Irene Rosenfeld, CEO depuis 11 ans du géant américain de l'agroalimentaire Mondelez, qualifie son successeur. Ce qui vaut à Dirk Van de Put cette étiquette ? Sa capacité, dit-elle, à faire croître à la fois les revenus et les bénéfices. Celui que certains surnomment " le gourou de la croissance ", actuel CEO de McCain Foods, est parvenu e...

" Un leader ambidextre. " Voilà comment Irene Rosenfeld, CEO depuis 11 ans du géant américain de l'agroalimentaire Mondelez, qualifie son successeur. Ce qui vaut à Dirk Van de Put cette étiquette ? Sa capacité, dit-elle, à faire croître à la fois les revenus et les bénéfices. Celui que certains surnomment " le gourou de la croissance ", actuel CEO de McCain Foods, est parvenu en six ans à augmenter de plus de 50 % les ventes du groupe canadien spécialiste de la frite surgelée. A 57 ans, le Belge a toujours travaillé pour des leaders de l'agroalimentaire. Titulaire d'un doctorat en médecine vétérinaire de l'Université de Gand et d'un MBA de l'Université d'Anvers, il occupera des postes de direction chez Mars, Coca-Cola, Danone, etc. Toujours à l'étranger. Au sein de Danone par exemple, où il a travaillé plus de 10 ans, Dirk Van de Put sera ni plus ni moins président de la division Amériques. En 2009, il fait un petit détour par l'industrie pharmaceutique et est nommé président de la division mondiale des médicaments en vente libre du suisse Novartis. Il occupera le poste pendant moins d'un an, avant de devenir COO, puis CEO de McCain Foods. Question : dans quelle mesure l'arrivée du nouveau CEO influencera-t-elle la stratégie de Mondelez ? La multinationale repassera-t-elle en mode " acquisition " après l'échec de son projet de fusion avec le chocolatier Hershey, ou se transformera-t-elle en proie idéale dans un marché en consolidation ? Irene Rosenfeld s'était toujours opposée à deux actionnaires activistes qui réclamaient une fusion avec un autre groupe agroalimentaire. L'arrivée de Dirk Van de Put pourrait changer la donne. Il se dit en effet que Mondelez pourrait bien être la prochaine cible de l'ogre Kraft Heinz. Business à suivre...