Estimant avoir été floué sur la valorisation de l'entreprise, le groupe pharmaceutique américano-israélien flingue le milliardaire flamand et le menace de riposte judiciaire, cela après l'avoir éjecté du conseil d'administration voici trois semaines à peine.
...

Estimant avoir été floué sur la valorisation de l'entreprise, le groupe pharmaceutique américano-israélien flingue le milliardaire flamand et le menace de riposte judiciaire, cela après l'avoir éjecté du conseil d'administration voici trois semaines à peine. La pilule est en effet amère pour Perrigo qui se voit obligé d'acter au terme de ce premier trimestre 2016 une dépréciation supplémentaire de 467 millions de dollars, après avoir déjà dû avaler une diminution de valeur de 185 millions en 2015, soit au total une moins-value de plus de 650 millions. Bref, les Américains estiment avoir payé beaucoup trop cher pour s'emparer de la société de Marc Coucke, devenu l'un des hommes les plus riches de la planète (avec une fortune estimée à un bon milliard de dollars) suite, justement, à la revente d'Omega Pharma à Perrigo pour plus de trois milliards d'euros. L'avenir dira si le divorce rebondira au tribunal. En attendant, Marc Coucke le flamboyant a déjà de quoi s'occuper. Outre ses intérêts dans le football (KV Ostende, club de Lille) et le vélo (équipe Etixx-Quick Step), le Gantois a réinjecté une partie du produit de la vente d'Omega dans une série d'entreprises, actives dans l'immobilier (Versluys), la santé (Mithra, Pharco, MDxHealth) et les nouvelles technologies (Volta Ventures, MiDiagnostics). Sans oublier bien sûr le parc Pairi Daiza, dont il est depuis peu copropriétaire aux côtés de son fondateur Eric Domb.