Possédant un rôle écologique majeur, la mer est aussi sujette depuis toujours à l'interprétation artistique, aux fantasmes multiples de la création et de l'observation. Hormis le plaisir de bouche - un bar...

Possédant un rôle écologique majeur, la mer est aussi sujette depuis toujours à l'interprétation artistique, aux fantasmes multiples de la création et de l'observation. Hormis le plaisir de bouche - un bar propose huîtres et saumon sauvage - et celui d'une exposition de marines signée de l'Anversois Ivan Good, le festival Into The Blue, propose 12 documentaires, la plupart inédits en Belgique. La pièce de résistance est l'ambitieux film de 135 minutes de Michel Viotte consacré à Jack London, aventurier parti en 1907 pour un tour du monde sur un voilier de 17 mètres. Frissons plus familiaux avec Live Simply, Kids For Sea de Nicolas Fabbri, récit de la découverte d'espaces sauvages au-delà du cercle polaire arctique, enfants compris. Et puis difficile d'envisager la mer et la Belgique sans un sujet consacré à Brel dont Askoy II : le voilier de Jacques Brel de Claude Val, raconte la saga qui le mènera jusqu'aux Marquises.