Si 894 appartements neufs étaient mis en vente il y a un an, en septembre 2018, ce nombre est redescendu d'un cran aujourd'hui pour atteindre les 692 unités. Un stock plus conforme à ce que l'on a retrouvé ces dernières années. Le marché de l'appartement neuf semble s'être désormais stabilisé, les proportions variant en fonction de l'importance des projets mis sur le marché et du choix des promoteurs de mettre rapidement de nombreux appartements en vente. Pour le reste, le principal enseignement des derniers chiffres livrés en exclusivité pour Trends- Tendances par le bureau d'expertise immobilière de Crombrugghe & Partners montre une légère hausse des prix en un an (+ 2,5%). Un appartement neuf est, en moyenne, affiché aujourd'hui à la vente au prix de 269.925 euros. C'est 13,5% de plus qu'il y a cinq ans, mais ce sont les mêmes prix qu'il y a deux ans. Le signe d'un certain essoufflement après l'effervescence de ces dernières années ?
...

Si 894 appartements neufs étaient mis en vente il y a un an, en septembre 2018, ce nombre est redescendu d'un cran aujourd'hui pour atteindre les 692 unités. Un stock plus conforme à ce que l'on a retrouvé ces dernières années. Le marché de l'appartement neuf semble s'être désormais stabilisé, les proportions variant en fonction de l'importance des projets mis sur le marché et du choix des promoteurs de mettre rapidement de nombreux appartements en vente. Pour le reste, le principal enseignement des derniers chiffres livrés en exclusivité pour Trends- Tendances par le bureau d'expertise immobilière de Crombrugghe & Partners montre une légère hausse des prix en un an (+ 2,5%). Un appartement neuf est, en moyenne, affiché aujourd'hui à la vente au prix de 269.925 euros. C'est 13,5% de plus qu'il y a cinq ans, mais ce sont les mêmes prix qu'il y a deux ans. Le signe d'un certain essoufflement après l'effervescence de ces dernières années ? Le second enseignement - on n'y croyait plus, c'est l'envol du marché wavrien. On remarque que 176 appartements y sont actuellement mis en vente. Un record. Troisième enseignement, le carré d'as brabançon (Waterloo, Lasne, Rixensart, La Hulpe) tire la langue. Ses prix sont en recul de 4,8% par rapport à l'an dernier. C'est le sixième recul consécutif en la matière. Il n'en reste pas moins que c'est dans ce district que les prix sont les plus élevés pour le Brabant wallon, talonné désormais de près par Louvain-la-Neuve et Mont-Saint- Guibert, dont la pauvreté du stock fait grimper les prix vers le haut. L'est du Brabant wallon est quant à lui toujours une terre de quatre façades. La pauvreté du nombre d'appartements mis en vente se confirme et n'évolue guère. Si on regarde le marché immobilier d'un peu plus près, on voit que c'est toujours le district de Nivelles, rassemblant des communes assez disparates (de Tubize à Genappe en passant par Braine-l'Alleud), qui concentre toujours le plus important stock brabançon avec 191 unités. Il est relativement stable en un an (181 unités l'an dernier). Ses prix connaissent par contre des mouvements plus importants avec une hausse de 5,5% en un an pour atteindre un prix de vente moyen de 230.300 euros (HTVA), pour une superficie qui est en moyenne de 91 m2. On y retrouve toujours les prix les plus accessibles de la province, même s'ils rattrapent doucement ceux en vigueur à Nivelles et à Jodoigne. Wavre devient la seconde ville qui possède le district le plus fourni avec 176 appartements actuellement mis en vente. Une première. Le réveil de la belle endormie en quelque sorte. Ce stock se retrouve dans des projets tels que Val Véna (Thomas & Piron), la Résidence Villandry (B Promotion) et la Résidence de la Côte (Sogemob). Et cela en attendant les 82 appartements prévus dans le cadre du projet La Promenade, sur le parking des Carabiniers, dont la demande de permis a été déposée fin juillet par Matexi. Le prix moyen est de 266.800 euros HTVA (92 m2). Ce qui signifie que les derniers développements sont vendus 10.000 euros plus cher que ceux mis en vente il y a un an. A Lasne, La Hulpe, Rixensart et Waterloo (district de Waterloo), le recul des prix se confirme. Les appartements actuellement en vente sont moins chers de 7,9% par rapport à septembre 2017. Si on regarde à un horizon plus lointain, ils ont baissé de 2,8% en cinq ans. Ces prix sont en tout cas tirés par le bas par la faiblesse actuelle du stock, principalement rempli par les 82 derniers appartements des Papeteries de Genval (Equilis). La petite surprise de ce baromètre est la faiblesse du stock du district d'Ottignies-Louvain-la-Neuve, Mont-Saint-Guibert et Court-Saint-Etienne. Des communes qui avaient l'habitude d'alimenter allègrement le nombre d'appartements mis en vente. La fin de la commercialisation de la première phase de Court-Village à Court-Saint-Etienne est un premier élément d'explication (la seconde phase tarde à être lancée, faute de permis). Même topo pour Esprit Courbevoie à Louvain-la-Neuve et les Jardins de l'Orne à Mont-Saint-Guibert. Une phase de transition qui devrait permettre à ce district de retrouver une attractivité dans les prochains mois. A Nivelles, le pipeline semble inexorablement se vider. Mais c'est pour mieux se remplir tant les projets dans les cartons sont nombreux (1.000 logements au Val de Thines par Thines Real Estate et Belfius Immo ou encore 314 unités sur le site de l'ancienne Brugeoise via Immobel). Les prix y sont stables depuis trois ans et s'affichent à 2.550 euros/m2. Il ne reste donc plus sur le marché que des fins de commercialisations, telles que Les Platanes II (Sotraba), Coparty Gardens (Besix Red) et la Résidence Duvieusart (Sotraba). Enfin, dans le district de Jodoigne, rien de vraiment neuf. Le stock d'appartements mis en vente reste faible (42 unités liées au projet Stellar de Matexi) et les prix n'ont pas évolué en deux ans (2.450 euros/m2). La première phase du projet Belle-Vallée à Jodoigne devrait alimenter d'une manière conséquente le stock d'appartements.