De nombreux chefs d'entreprise ont pris position dans le débat politique américain. Certaines orientations prises par Donald Trump vous préoccupent-elles, en particulier sur les traités commerciaux ou l'immigration ?

JAMES GORMAN. Les marchés ont toujours défendu le libre-échange et la mondialisation. Celle-ci a eu des conséquences évidentes sur le monde du travail, mais je ne suis pas un fan des barrières douanières et du protectionnisme. Concernant l'immigration, il me semble que la vitalité des grandes économies dépend de leur capacité à attirer les talents au niveau mondial.
...