Après 16 jours de voyage et plus de 11.000 kilomètres, un premier train en provenance de Tangshan, en Chine, est arrivé au port d'Anvers. Il apporte 41 conteneurs de produits semi-finis destinés à être ...

Après 16 jours de voyage et plus de 11.000 kilomètres, un premier train en provenance de Tangshan, en Chine, est arrivé au port d'Anvers. Il apporte 41 conteneurs de produits semi-finis destinés à être transformés dans notre pays et fait partie de la Belt and Road Initiative (BRI) chinoise, un projet qui vise à insuffler une nouvelle vie aux antiques routes de la soie qui autrefois reliaient la Chine à l'Europe. Anvers devient, dans ce vaste réseau, la porte d'entrée vers l'Europe et sera directement relié à la Chine au rythme de deux convois par mois. Ceux-ci emporteront des machines, des produits alimentaires et bien entendu, de la bière. Bien que plus cher que le transport maritime, le ferroviaire présente l'avantage de parcourir la distance en 15 jours au lieu de 35. Pour Marc Van Peel, échevin portuaire, la Chine est actuellement, avec un trafic annuel de 14 millions de tonnes, le quatrième partenaire du port d'Anvers qui peut également fonctionner comme aire de transbordement ferroviaire.