Depuis 30 ans, la citadine de VW s'est glissée dans les pas de la Golf au point de devenir une " petite qui a tout d'une grande ". Cette sixième génération de Polo doit ses progrès à la nouvelle plateforme MQB inaugurée par la récente Seat Ibiza.
...

Depuis 30 ans, la citadine de VW s'est glissée dans les pas de la Golf au point de devenir une " petite qui a tout d'une grande ". Cette sixième génération de Polo doit ses progrès à la nouvelle plateforme MQB inaugurée par la récente Seat Ibiza. Elle surclasse son aînée en termes d'espace à bord grâce à un empattement allongé d'environ 10 cm. Elle s'étend désormais sur 4,05 m et s'élargit de 7 cm ! Avec ses faces avant et arrière redessinées, elle profite d'une allure plus moderne et dynamique, même si elle ne dépaysera pas les amateurs. Le sourire ne faiblit pas à l'intérieur, où l'habitacle tranche avec la morosité à laquelle VW nous a si souvent habitués. La bandeau de la planche est en couleur et s'accorde avec un tableau de bord garni, dans sa partie supérieure, de plastiques moussés. En option, l'Active Info Display affiche la carte de navigation juste sous les yeux du conducteur. Quant à la position de conduite, réglable à souhait, elle convient à tous les gabarits. Les passagers avant seront séduits par le nombre de rangements disponibles, très pratiques au quotidien. La Polo prolonge ses petites attentions aux places arrière où deux adultes sont loin de frotter leurs genoux aux dossiers avant. Dans ce segment, c'est rare. Déjà connu, le moteur 3 cylindres essence de 115 ch fait encore une fois étalage de ses qualités. Il se révèle assez souple et peu prodigue en vibrations. Sa vivacité lui permet de faire face à tous les types de trajet. Associé à la boîte auto DSG, il se montre très agréable à l'usage en milieu urbain mais apparaît plus à la peine dès que l'on hausse le ton, montrant quelques hésitations. Le très bon confort de suspension est, ici encore, chose peu courante dans ce segment où la nouvelle Polo reste la référence.