Pour beaucoup d'Ucclois, aller se promener dans le nord de la capitale est presqu'une aventure en terre inconnue, plaisante Jean-François Vankueken, patron de la Brasserie de la gare à Berchem-Sainte-Agathe depuis 1995. Un bâtiment du début du 20e siècle situé en face de la gare (évidemment) qu'il a entièrement rénové et décoré des peintures de son père Paul Vankueken (surtout connu pour avoir été le président du Vismet au centre-ville), sans en altérer le charme à l...

Pour beaucoup d'Ucclois, aller se promener dans le nord de la capitale est presqu'une aventure en terre inconnue, plaisante Jean-François Vankueken, patron de la Brasserie de la gare à Berchem-Sainte-Agathe depuis 1995. Un bâtiment du début du 20e siècle situé en face de la gare (évidemment) qu'il a entièrement rénové et décoré des peintures de son père Paul Vankueken (surtout connu pour avoir été le président du Vismet au centre-ville), sans en altérer le charme à l'ancienne. Une fois la porte poussée, on plonge en effet dans l'atmosphère d'une brasserie bruxelloise authentique, avec son grand bar et ses banquettes en bois, son beau carrelage, ses colonnes, etc. Et sa clientèle fidèle et chaleureuse qui envahit les lieux tous les midis. La cuisine est à l'avenant. La carte est courte mais tout est fait maison - sauf les frites, préparées à partir de pommes de terre fraîches prédécoupées, dommage... - et tout est bon. Calé sur les exigences du Michelin, le menu à 37 euros a d'ailleurs permis à l'établissement de décrocher un Bib gourmand tout ce qu'il y a de plus mérité. Qu'est-ce qu'on y mange ? Tous les grands classiques de la cuisine bruxelloise. De bons fondus aux fromages (12,50 euros), d'excellentes croquettes aux crevettes (15 euros), un américain haché maison honorable (17,50 euros) ou encore un divin feuilleté de poularde proposé dans une belle sauce crémée aux champignons (17,50 euros). Du côté des suggestions hivernales, le classique faisan à la brabançonne (25 euros) déçoit un peu, servi avec des chicons bien sûr, des choux de Bruxelles et une purée de pommes de terre et céleri-rave un peu grossière. Par contre, le poireau à la flamande est succulent. Bien fondant, il est juste posé sur des oeufs durs et du lard. Qu'il est bon, parfois, de se laisser porter par la gourmandise et la simplicité d'une cuisine traditionnelle, qui ne cherche pas à séduire ou à flatter les clichés Instagram, mais juste à rassasier en faisant bien les choses. Voilà le pari plutôt réussi de Jean-François Vankueken. Cela mérite bien un petit détour du côté de Berchem-Sainte-Agathe...