L'Envie, c'est avant tout l'aventure d'un couple. David Grosdent, le chef originaire de la région d'Eupen, et Inès Vankeirsbilck, la sommelière et maître de salle, se sont rencontrés quand ils officiaient aux côtés de Jean-Baptiste Thomaes au Château du Mylord, le resto bi-étoilé d'Ellezelles. Ils ont par la suite tous deux continué leur écolage dans de grandes maisons avec notamment, pour le chef, des passages chez Yves Mattagne ou à l'Ecailler du Palais Royal. Il y a six ans, le couple a ouvert son propre restaurant à Sint-Denijs, une sec...

L'Envie, c'est avant tout l'aventure d'un couple. David Grosdent, le chef originaire de la région d'Eupen, et Inès Vankeirsbilck, la sommelière et maître de salle, se sont rencontrés quand ils officiaient aux côtés de Jean-Baptiste Thomaes au Château du Mylord, le resto bi-étoilé d'Ellezelles. Ils ont par la suite tous deux continué leur écolage dans de grandes maisons avec notamment, pour le chef, des passages chez Yves Mattagne ou à l'Ecailler du Palais Royal. Il y a six ans, le couple a ouvert son propre restaurant à Sint-Denijs, une section de Zwevegem dont Inès est originaire, près de Courtrai. Une maison trois façades séparée par une belle terrasse. A force de travail et de persévérance, ils ont réussi à s'attirer les faveurs des grands guides: 16/20 au dernier Gault & Millau et une première étoile Michelin en 2021. Ces honneurs sont-ils mérités? Ils le sont mille fois tant la maison porte merveilleusement son nom. Elle suscite les envies mais, surtout, les satisfait! Inès veille sur un service en salle convivial et sans la moindre fausse note. Elle gère aussi une carte des vins d'une jolie profondeur et qui, à côté de noms ronflants, recèle de jolies pépites. Plongez- y gaiement plutôt que de choisir la formule des vins adaptés. David propose un menu que l'on peut décliner en trois à six services (et même sept avec le fromage) proposés entre 55 et 110 euros. Il développe une cuisine de terroir et d'émotion. Il n'y a pas de chichi, juste d'excellentsproduits que le chef sublime et respecte.Ils viennent de producteurs locaux mais aussi directement de son potager. C'est une cuisine simple, de saison et intuitive. Et dieu que c'est bon! Lors de notre passage à la fin du mois de mars, le chef nous a gratifiés de quelques préparations ébouriffantes. Comme ces asperges vertes accompagnées de morilles farcies et de lard de Colonnata, un de ses plats signatures. Ou son étonnant travail autour du topinambour, guère sexy pourtant, associé à du vin jaune, du fromage d'Apremont et des oeufs de la ferme d'à côté. A s'en lécher les doigts! Tout comme le jus à la kriek qui accompagnait le canard de chez Burgaud! Délicat et aérien fut le cabillaud au miso accompagné de poireaux et d'épinards mais aussi de cime di rapa, des pousses d'une espèce rare de brocoli: le brocoli- rave. Finalement, comme souvent dans les tables étoilées, seul le dessert autour du chocolat noir était un peu en retrait, mais nous ne lui en tiendrons pas rigueur tant le voyage vers Sint-Denijs vaut le détour.